Finances : Un département qui concrétise le programme du Président de la République


Saharamedias/Nouakchott
Mardi 2 Septembre 2014


Le nouveau gouvernement vient d’être formé et, comme annoncé par bon nombre d’analystes, les départements qui comptent (justice, finance, affaires économiques, affaires étrangères, intérieur, éducation) n’ont pas changé de locataires. Une stabilité qui est en train de devenir une « marque de fabrique » du président Mohamed Ould Abdel Aziz. Et qui compte en ce début de second mandat où les enjeux économiques et sécuritaires seront déterminants.


Finances : Un département qui concrétise le programme du Président de la République
Ce sont eux, en effet, qui confirmeront, plus que toute autre action menée dans tout autre secteur, la tendance d’une politique de bonne gestion de l’Avoir – des avoirs de la Mauritanie – et non de sollicitation à outrance d’une APD (Aide publique au développement) qui se fait de plus en plus rare dans un monde aux préoccupations mondialisées. Le maintien au poste de ministre des Finances de Monsieur Thiam Djombar est sans doute l’acte fondateur de cette approche présidentielle qui fait sienne le fameux diction maure qui dit : « ekheyr guewam min jeyab » (littéralement : Un bon gestionnaire vaut mieux qu’un mobilisateur des ressources ». Et tout le monde s’accorde à reconnaître que la gestion économique du pays, les bons indicateurs économiques qu’il enregistre depuis 2009, mais encore mieux, depuis la nomination de Thiam Djombar au poste de ministre des Finances, en 2011, sont le résultat d’un engagement sans faille dans l’application stricte des directives présidentielles par toute l’équipe du ministère des Finances.Les différentes grandes directions de ce département stratégique (Trésor, budget, impôts, douanes) travaillent en parfaite symbiose pour que les ressources budgétaires attendues soient à la hauteur des espérances et permettent au gouvernement de financier, sans avoir besoin d’une aide extérieure de plus en plus hypothétique, les principaux projets inscrits dans le cadre du programme électoral de Monsieur le président de la République Mohamed Ould Abdel Aziz. Un contexte économique et financier favorable au maintien de l’équipe de choc du ministère des Finances qui engrange les bons résultats et permettent à la Mauritanie d’avoir des réserves en devises qui sont les plus importantes dans son histoire depuis l’indépendance, soit plus de huit mois de couverture de ses besoins en importations de biens au niveau de la Banque centrale de Mauritanie. Ceci appelant cela, on peut bien dire, comme pour le gouvernement, qu’au ministère des Finances aussi, « on ne change pas une équipe qui gagne ». SOH














GABONEWS APAnews