Foncier : Un mauritanien de l’étranger dénonce ce qu’il considère être un abus


saharamedia
Mercredi 5 Octobre 2011



Les problèmes de terre à Nouakchott sont le lot quotidien des populations et de l’administration. Mais très souvent, ceux qui ressortent pour être connus du public sont localisés dans les quartiers populaires en complète restructuration.

Pourtant, dans les zones à haute valeur marchande, les problèmes sont légion, comme en témoigne cette correspondance arrivée à Sahara médias et qui sonne comme un cri de détresse adressé aux plus hautes autorités du pays.

« Je suis un jeune mauritanien jamais entré en politique car je sais que notre pays n'a pas encore atteint la maturité politique...

En effet, j'ai eu l'occasion d'aimer mon pays et de toujours rêver d'y retourner  une fois pour toute. Pour cela, j'essayé d'investir mon argent pour m'assurer un tel retour un jour.

J'ai acheté, fin 2010, un terrain dans la mouquata de Teyaret  (Ilot K7 lot 86, surface de 216M²). Pour plus de précision, c'est l'Ilot qui est en face du nouveau Parc ou Jardin Chahrazad), les papiers du lot sont tous conformes et pas de litige ou confusion la dessus.

Début 2011, je suis venu en vacances comme chaque année à Nouakchott.  J’ai entrepris alors les démarches pour obtenir une autorisation de construction chose que je n'ai pas pu réussir qu'après 3 mois car j'ai tout fais pour suivre la procédure normale et juridique d'obtention du permis de construction.

Depuis trois (3) semaines, j'ai rêvé de pouvoir enfin me construire une maison dans mon lot. J’ai engagé un architecte pour un plan de construction avec étude spécialisée pour le quartier. J'ai aussi engagé un chef maçon avec toute son équipe pour la réalisation du projet. Après avoir tout préparé et cru à mon rêve, l'équipe a commencé le travail pendant 1 journée avant qu'une équipe de gendarmes détachée pour le compte de l'ADU ne mette fin à ce rêve. Et une bataille contre le montre s'engage pour savoir la cause d'interdiction de construire et de s'investir chez soi.

J'ai tout fait et j'ai essayé de contacter toute personne qui peut influencer de loin ou de prêt pour débloquer la situation incompréhensible.

J'ai pu détecter qu'il existe toujours en Mauritanie une bande de personnes qui fait ce qu'elle veut en toute impunité, qui emploie toute sorte de magouille pour soustraire de l'argent aux pauvres sans influence ni autorité avant de les autoriser à investir dans leurs propres biens !

Cette bande avance comme prétexte  une interdiction globale de construire dans ce quartier provenant du Conseil des ministres et,  en l’occurrence, du Président lui-même, alors que cela s'est avéré n'être qu’un mensonge d'après le directeur de l'Habitat et de l'Urbanisme lui-même qui a ordonné, à maintes fois, la construction mais en vain.  Car Ahmedou,  responsable de la topographie bloque la situation en se prévalant d'un ordre personnel du ministre Ould Boude Ould Cheikh Sidiya.

A la fin, les membres de cette bande me demandent de payer jusqu'à 500.000UM pour qu'ils me laissent construire sans que les hautes autorités du pays ne le sachent, mais moi je refuse de payer pour avoir ce qui m’est de droit dans mon pays...

Je demande à votre aimable tribune de liberté la possibilité de faire porter ce problème à la connaissance des hautes autorités pour que d'autres personnes qui ont rencontré des situations pareilles changent de mentalité et sachent qu'on peut et on a le droit d'avoir notre droit sans corrompre ni se faire intimider...

J'ai avec moi tous les papiers qui prouvent mes dires et aussi les noms des responsables dans les administrations concernées et leurs complices.

Merci d'avance de votre aide et je n'ai plus d'issus autre qu'allah et vous.

Cordialement".

El Houssein ABDEL HAMID

Ingénieur Consultant en Informatique

Tel : 0033(0) 650 90 63 76

France (Paris)















GABONEWS APAnews