Genève : vers des confrontations rudes


saharamedia
Mardi 4 Mai 2010



Les analystes de la vie sociopolitique du pays voient dans la nomination de Cheikh Ahmed Ould Zahav à Genève une volonté du Président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, de contrecarrer l'offensive médiatique des militants des droits de l'homme et notamment ceux, en première ligne, du combat contre l'esclavage. Ainsi, le débat sur l'esclavage se déplace-t-il, dans une large mesure, vers la fédération helvétique où les confrontations s'annoncent rudes et passionnées entre le groupe de l'ancien ministre Ould Zahav et Biram Ould Abeid, président du mouvement abolitionniste l'ira.Le premier, s'efforcera de nier l'existence de l'asservissement de l'homme en Mauritanie tandis que Biram Ould Abeid, Boubacar Messaoud de sos-esclave et leurs partisans soutiendront le contraire avec, à l’appui, les récits des victimes même de l'esclavage.

L’on sait que la voix du gouvernement, sur cet épineux et sensible dossier de l'esclavage, n'aura été que très peu entendue face à la campagne très médiatisée menée à l'échelle nationale et internationale par les anti esclavagistes pour dénoncer ces pratiques. En arrivant dans un tel contexte le nouvel ambassadeur à Genève sait donc bien ce qui l’attend et ce que le pouvoir attend de lui. Les relations économiques de la Mauritanie avec la Suisse ne mettant pas de gros intérêts 0uld Zahaf devrait faire preuve de tact et de grands talents de persuasion pour que la Mauritanie ne soit pas perçue comme pays esclavagiste. En nommant Cheikh Ahmed ould Zahav, le président Aziz qui a vu, pendant prés de 20 ans, comment Taya a pu gérer ce dossier, a fait ce qu’il convient d'appeler du copier coller à savoir faire appel un hartani pour apporter la contradiction à d'autres hartatins, sur un sujet qui, au demeurant, reste, préoccupant pour tous. L'ancien ministre de Ould Taya, comme tant d'autres qui ont rejoint le Camp Azizéen, n’arrêtait pas de ronger ses freins dans l'espoir d'un retour de l’ascenseur du nouveau Président pour qui il a abandonné Kane Hamdou Baba soixante douze heures seulement avant la fin de la campagne du dernier scrutin présidentiel.















GABONEWS APAnews