Grande manifestation la Francafrique le 28 septembre prochain


saharamedia
Mercredi 15 Septembre 2010



Des africains et amis de l'Afrique organisent une grande manifestation internationale dont l'objectif est de dire "non" à la Francafrique pour marquer le 52é anniversaire du référendum par lequel le peuple  africain de Guinée a dit "non" à De Gaule et à son désir d'une communauté au sein de laquelle "les nations africaines sous joug français, restaient politiquement, économiquement et culturellement tributaires de la France" annonce un document transmis mercredi à Sahara Médias.

La manifestation annoncée se déroulera simultanément dans plusieurs pays; devant l'assemblée nationale à Paris, aux Etats-Unis, en Suisse, en Allemagne, en Belgique, au Togo, en Côte d'Ivoire.....

A travers les rassemblements annoncés, les organisateurs  vont exprimer leur rejet du maintien "du colonialisme déguisé français en Afrique" en disant "non aux accords de défense de la Francafrique, non à l'armée française et ses bases en Afrique, non aux parodies électorales de la Francafrique, non aux emprisonnements politiques, non aux assassinats, non aux génocides, non aux pillages des ressources de l'Afrique....."

Le document s'en prend vivement à une France devenue  "plus arrogante et plus avilissante" depuis l'arrivée du président Nicolas Sarkozy aux commandes.

Un homme dont" l'ignorance et le mépris" vis à vis des peuples africains sont qualifiés "de flagrants" et "dangereux".

Le résultat est une France "décomplexée qui meurtrit" les peuples africains "en complicité avec les mafias installés au pouvoir".

La déclaration s'insurge contre "la fabrication de régimes despotiques dont la dernière trouvaille est désormais d'assurer une succession dynastique de tels régimes de pères en fils, comme expérimentée récemment au Togo et au Gabon" et plaide en faveur "d'actes concrets en vue d'une rupture" assurant "l'affirmation immédiate des souverainetés africaines".

Au début de son mandat, rappelle-t-on, le président Nicolas Sarkozy avait annoncé la fin des réseaux Françafrique.

Toutefois, plus de 3 ans après son arrivée aux commandes, plusieurs milieux africains continuent à tirer à boulets rouges sur ces réseaux informels, mais très fortes influence.















GABONEWS APAnews