Grève des dockers , le front s’élargit


saharamedia
Lundi 17 Mai 2010



Grève des dockers ,  le front s’élargit

 

Les dockers du port autonome de Nouakchott ont déposé, ce lundi 17 mai, un préavis de grève. Ils revendiquent, à l’image des manutentionnaires de la rue de la « prospérité », « l’ouverture immédiate d’un dialogue social portant sur la situation et le statut d’une profession » jouissant de très peu de considération en dépit d’une utilité publique et privée incontestable. La deuxième exigence de la plate-forme porte sur une revalorisation de la profession qui passe par la revue à la hausse de la prime de déchargement de la tonne de marchandises, en la portant de 500 ouguiyas actuellement, à 1300 ouguiyas.

 

 

Le syndicat des dockers affiliés à la CLTM réclame également une nouvelle convention collective et l’application intégrale de la législation relative à la protection de la main d’œuvre nationale face à la concurrence étrangère, jugée sauvage.

Revigorés par les différents soutiens aussi bien au sein de la classe politique que de la société civile, les dockers ne semblent pas baisser pavillon et entendent coute que coute obtenir gain de cause. A l’heure actuelle, les horizons semblent boucher.

Mandatée par le parti Tewasssoul, la commission chargée de dénouer la crise n’a pas encore rencontré au moment au moment où nous mettons en ligne ces écrits les responsables de la CLTM. La Centrale de Samory Ould Bèye dénonce toujours le maintien en détention de 24 dockers (17 au commissariat d’EL Mina II et sept au quatrième arrondissement).

 















GABONEWS APAnews