Guerre avant l’heure sur la ligne de démarcation entre le nord et le sud Mali et les groupes islamistes se rapprochent de la frontière mauritanienne


Sahara Médias - Nouakchott
Vendredi 11 Janvier 2013



Guerre avant l’heure sur la ligne de démarcation entre le nord et le sud Mali et les groupes islamistes se rapprochent de la frontière mauritanienne
Deux jours de combats seulement ont suffit pour démontrer la fébrilité de l’armée malienne qui menaçait pourtant de lancer l’assaut sur les groupes islamistes armés et de reconquérir, seul, le nord Mali. L’armée malienne vient de subir une cuisante défaite dans cette première confrontation avec les combattants islamistes après une année de contrôle du nord du pays par ces derniers.
Les combattants d’Ançar Edine ont assuré leur prise sur Kona, menaçant de marcher maintenant sur Sevari, la base avancée de l’armée malienne et  dernier rempart avant Mopti. Et face à cette accélération des évènements, la France a  vite fait d’envoyer des forces spéciales jusque-là basées au Tchad, sans doute dans une démarche de sécurisation du seul aéroport dans la zone et dans la perspective de l’intervention militaire qui se prépare. On ne sait pas, pour l’instant, si les forces françaises vont lancer l’assaut contre les salafistes ou si elles vont se contenter seulement de protéger le site et de stopper l’avancée des combattants d’Ançar Edine.
Des observateurs craignent que la position avancée des forces françaises dans la confrontation avec Ançar Edine n’ait des répercussions négatives sur la vie des otages détenus par des groupes alliés à Ançar Edine, notamment Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI). Cette dernière a toujours espéré échanger les otages français contre des millions d’euros, nécessaires pour le financement de la guerre mais un observateur juge que les détenus sont maintenant précieux pour l’organisation salafiste pour s’en servir comme boucliers humains si l’on décide de bombarder leurs bases bases continuellement sous surveillance des satellites. Et parallèlement à la volonté de gagner des points contre l’armée malienne, les groupes salafistes se sont également rapprochés de la frontière avec la Mauritanie pour s’emparer des positions de l’armée malienne dans la zone. Les chefs de ces groupes islamistes armés avaient promis de venger la  mort des prédicateurs tués par l’armée malienne non loin de la ville mauritanienne de Fassala. Cette évolution de la situation est de nature à préoccuper l’armée mauritanienne, qui a eu, dans le passé, à affronter les groupes islamistes armés au nord Mali mais dont les chefs ont déclaré, à maintes occasions, ne pas être concernés par ce conflit tant que les combats restent en dehors du territoire mauritanien.














GABONEWS APAnews