Guinée : les grandes manœuvres avant le 2é tour de la présidentielle


saharamedia
Vendredi 16 Juillet 2010



A une  vingtaine  de jours la date fixée pour la tenue du deuxième tour  de l’élection présidentielle en Guinée, le 1é août prochain, les grandes manouvres ont débuté. Un fait noté alors que la Cour Suprême, juridiction compétente en matière de contentieux électoral, n’a pas encore statué sur le recours introduit par  Sidya Touré, candidat de l’Union des Forces Républicaines (UFR),   ex premier Ministre sous le pouvoir de Lansana  Conteh, arrivé troisième à l’issue du premier du scrutin du 27 juin dernier, avec 15% des suffrages.

 

Ainsi, plusieurs prétendants battus lors de la première manche, portes drapeaux d’une quinzaine de petits partis politiques, ont annoncé une alliance pour soutenir Alpha Condé, candidat du Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG),  opposant historique, arrivé en 2é position avec 20% des suffrages,  selon les résultats communiqués par la commission électorale nationale.

La même déclaration fait ressortir également le soutien de forces politiques généralement présentées comme « proches » de Moussa Daddis Camara, ex chef de la junte, au candidat du RPG.

Toutefois, par rapport à la réalité de ces différents  ralliements,  on note 2 objections de taille.

Sa formation,  citée parmi les ralliées, Sidya Touré  dénonce la démarche,   qu’il qualifie de « manipulation » politique,  et affirme n’avoir pas été consulté. En plus, le candidat arrivé troisième, se démarque  d’une attitude « peu respectueuse » des auteurs de la déclaration de ralliement,  dans la mesure son recours contre les résultats du premier n’a pas encore  été vidé par la justice.

L’autre objection émane du chef de l’état sous la transition, le général Sekouba Konaté, qui a mis en garde la classe politique contre toute alliance à caractère ethnique et communautaire.

La déclaration de la plus haute autorité de la Guinée vise à freiner une sorte de  dérive du vote communautaire,  constatée au premier tour et dont l’illustration est fournie par la configuration des résultats obtenus par chaque candidat dans sa région naturelle : les 40% de Cellou Dallen Diallo avec le plein de voix en moyenne Guinée, les 20% de Conde avec un carton en Haute Guinée, les 15% de Sidya Touré généralement attribués au vote de la Guinée maritime et les 5% du candidat Pape Koli Koroma en Guinée forestière.

Du coup, sur la  déclaration  des derniers jours pèsent le soupçon d’une alliance du genre  « Tous Sauf les Peuls TSP » dont Diallo serait considéré comme le candidat.

La sortie du général plaide ainsi  en faveur de la stabilité politique du pays, dont le maintien suppose un affrontement sur la base du débat idéologique et du programme de chaque candidat.

Le général Sekouba Konaté est originaire de la haute Guinée.

Amadou Seck pour Sahara Médias.

 















GABONEWS APAnews