Il n y a pas de paix par procuration


saharamedia
Lundi 27 Septembre 2010



Face à un ennemi juré nous Mauritaniens nous n’avons pas de choix autre que le combattre sans distinction ethnique régionale ou partisane .Puisque quand l édifice qui nous abrite se disloque personne n’est plus à l’abri et cela est une évidence qu’aucune conscience sereine ne peut nier.

En conséquence le front intérieur doit rester uni et solide pour permettre aux hommes qui combattent au front de reconquérir la paix et non se sacrifier pour des gens qui les ignorent ou pire les renient.

 

Dès lors est ce le moment de reclamer la cohabitation politique ou ethnique par des formes dérisoires, opportunistes et fallacieuses. Comme si c’est l’occasion de trouver des brèches pour introduire des thèmes politiques ordinaires pour faire valoir des idées  erronées et désuètes. Pour ne citer que celles-ci : pour combattre l’AQMI nous exigeons comme préalable les conditions d’une bonne cohabitation, comme si nous vivons dans un état ou sévit la ségrégation.  Ou bien pour nous unir et combattre l’ennemi exigeons une cohabitation politique sur nous ne savons quels principes et formes en dehors de ceux que définit la constitution. Ou encore la Mauritanie mène une guerre solitaire contre un ennemi hypothétique et par procuration. Constatons l’imposture. Comme si nous n’avions pas subi des attaques meurtrières inhumaines, moralement et religieusement injustifiées.

 

 

Enfin certaines opinions surprennent par leur goût de détachement de la nation exprimant à peu près ceci : puisque certains pays ne participent pas aux opérations laissons faire. Cela voudrait il dire qu’il faille attendre que le feu soit aux poutres pour intervenir.

Nous disons pour reprendre la formule galvaudée guerre par procuration qu’il n y a pas de paix par procuration et l’on ne doit s’empresser quand on ignore les données d’une question et ce d’autant plus à l’échelle régionale et internationale d’aller vite en besogne et de prendre ses propres démarches pour des réalités.

En conséquence nous n’avons pas d’autres choix que de nous unir derrière nos troupes pour sauvegarder la paix, la sécurité et la souveraineté du pays.

La zizanie, la terreur verbale et l’opportunisme de tout acabit ne paient pas et contrastent avec les dangers réellement encourus .Au demeurant les propos équivoques de nature à ternir l’image de nos relations avec nos frères voisins sont à proscrire et cela ne sert l’intérêt de personne.

C’est même l’objectif de l’ennemi qui vise à dessouder l’unité intérieure pour créer les prémices d’actions intérieures aléatoires. Et des tensions avec nos voisins immédiats eux mêmes concernées par la confrontation et donc responsables de leurs stratégies.

Décidément unis pour faire échouer tout plan de déstabilisation, regardons sereinement vers un avenir meilleur.

Boumouzouna

Source Journal  Chjemsiyatt















GABONEWS APAnews