Incidents préliminaires avant le début du procès de présumés terroristes à Nouakchott


saharamedia
Dimanche 16 Mai 2010



Incidents préliminaires avant le début  du procès de présumés terroristes à Nouakchott

 

Les greffiers et avocats, auxiliaires de justice  appelés à  participer au procès devant la cour criminelle de Nouakchott de   plusieurs présumés terroristes,  prévu pour ce dimanche, ont refusé la fouille au corps avant l’entrée dans l’enceinte du palais de justice.
Cette fouille rentre dans le cadre des mesures de sécurité pour le déroulement d’un procès sous haute tension, qui suscite la passion au sein du public. Dès ce matin, un important dispositif des compagnies de police a été déployé dans un large périmètre autour du palais de justice perturbant la circulation et obligeant les automobilistes désireux d’emprunter certains axes  à de gros détours. Parmi les individus déférés devant la cour criminelle de Nouakchott figurent notamment les présumés assassins de 4 touristes français prés d’Aleg (274 kilomètres au Sud- Est de Nouakchott) le 24 décembre 2007 : Sidi Ould Sidina, Mohamed Ould Chabarnou, Maarouf Ould Haiba et quelques présumés complices. Autre affaire inscrite  au rôle de ces assises criminelles, une attaque contre l’ambassade d’Israël et un night club de Nouakchott, perpétrée le 10 février 2008, dont l’émir Khadim Ould Seman, un élément considéré comme « important » par la nébuleuse terroriste Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI), serait le commanditaire. Tous ces individus sont détenus à titre préventif dans une prison de Nouakchott depuis plus de 2 ans. Avant leur arrestation, certains d’entre eux  auraient pris part aux combats  contre des forces de sécurité et à un rodéo dans les rues de Nouakchott le 8 avril 2008.

 

 

 

 

 















GABONEWS APAnews