Jibril Bassolé à Sahara médias : « Les négociations doivent se poursuivre parallèlement à l’action militaire"


Sahara médias - Abidjan
Samedi 19 Janvier 2013



Jibril Bassolé, ministre burkinabé des Affaires étrangères
Jibril Bassolé, ministre burkinabé des Affaires étrangères
Le ministre burkinabé des Affaires étrangères, Jibril Bassolé, médiateur dans la crise malienne, a déclaré que les négociations avec les groupes islamistes doivent se poursuivre parallèlement avec l’action militaire au Mali, précisant que la rencontre avec Ansar Edine à Ouagadougou est toujours en préparation. Des sources particulières au nord Mali avaient indiqué à Sahara médias que des négociations ont cours, en ce moment à Ouagadougou en vue de trouver une solution à la crise.
Le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, qui s’adressait à l’envoyé spécial de Sahara médias, en marge du sommet extraordinaire de la CEDEAO, dont les travaux s’ouvre ce samedi à Abidjan, a nié que la position de son pays comme médiateur dans la crise malienne soit amoindri après le déclenchement des opérations militaires ; il a ajouté : « au contraire, on posait le choix de la guerre comme élément de la solution si l’on n’avance pas dans les négociations et c’est ce qui est arrivé », avant de poursuivre : « nous espérons toujours une possibilité pour les négociations et pouvoir réaliser ce qui est l’intérêt de tout le Mali, nord et sud ».
Et face aux craintes de voir la lutte des populations du nord ou même qu’il y ai des règlements de compte à l’entrée de l’armée malienne dans le nord, il a indiqué : « nous nous opposeront à cela, nous appelons au respect des droits de l’homme et à la protection des civils, c’est une chose importante pour nous ».














GABONEWS APAnews