L’ASECNA au Bord de l’implosion


saharamedia
Samedi 24 Avril 2010



L’ASECNA au Bord de l’implosion

L’éventualité de la prolongation du mandat de l’actuel Directeur Général de l’Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), le tchadien Youssouf Mahamat, est à l’origine d’un début de fronde dans les rangs de l’organisation, a révélé dans sa livraison du vendredi 23 avril le quotidien privé « l’Observateur » relayé par l’Agence de Presse Sénégalaise (APS), un organe du gouvernement. Cette affaire va même au-delà d’une simple fronde. Car, plusieurs pays, parmi lesquels notamment le Sénégal, le Mali et la Mauritanie, le Togo et la Guinée Equatoriale, menacent de ne pas ratifier la nouvelle convention appelée à régir le fonctionnement de l’ASECNA en cas de reconduite de l’actuel patron de la maison. Ce qui équivaudrait à un retrait pur et simple, synonyme d’éclatement d’un précieux outil régional.

 

Les pays qui animent la nouvelle guérilla, qui menace de dégénérer en guerre ouverte au sein de l’organisation soutiennent que la candidature de l’actuel DG à sa propre succession  « est contraires aux engagements » des chefs d’états pris dans le cadre d’une médiation ayant abouti à désamorcer une crise précédente. Celle-ci, qui opposait les autorités sénégalaises à la direction actuelle n’a été réglée qu’à une condition « c’est seulement dans un souci d’apaisement que la réunion du comité des ministres de Ouagadougou en juillet 2009, a consenti de le laisser finir son mandat ».

Youssouf Mahamat est accusé d’être opposé à l’idée d’un audit réclamé par certains pays dont le chef de file est le Sénégal.

Le comité du conseil des ministres de l’organisation se réunit les 27 et 28 avril prochain à Libreville (Gabon).

Plusieurs candidats postulent à la succession de l’actuel patron de l’ASECNA : le mauritanien Mohamed Salem Ould Khaled Ould Sidya, le togolais Christian Folly Kossy, qui vient de finir son mandat de Secrétaire Général de l’Association des compagnies Aériennes Africaines (AFRAA) et le malien Amadou Ousmane Guiteye.

Les pays ayant des candidats se sont joints au Sénégal pour éviter le renouvellement de la candidature du tchadien, qui charrie maintenant la discorde.

Mais au-delà de la question de l’audit et des candidatures, les grosses recettes de l’organisation régionale assurant la sécurité de la navigation aérienne dans notre espace, qui apparaissent en toile de fond de cette affaire, suscitent d’énormes appétits.















GABONEWS APAnews