L’Algérie face à la menace d’une dérive confessionnelle


Saharamedias/Nouakchott
Lundi 21 Juillet 2014


Le ministre des Affaires religieuses et des awqaf algérien, Mohamed Issa, a révélé l’existence de deux courants qui cherchent à infiltrer les lieux de prière au sein des universités, citant à ce sujet le chiisme et le salafisme.


L’Algérie face à la menace d’une dérive confessionnelle
Il a précisé que le danger du chiisme est qu’il est fortement imbriqué avec des officines des renseignements qui cherchent à créer conflits en terre algérienne avec les courants salafistes.
Et Mohamed Issa de dire que des Algériens ont été effectivement embrigadés au Liban et en Irak ainsi que dans l’actuel « Etat islamique », appelant à ce que les jeunes soient prémunis contre un tel danger.
Il a aussi révélé que 13 Algériens ont épousé le christianisme au cours des six derniers mois, expliquant un tel phénomène par le désir de s’opposer au pouvoir en place.
Cependant, dans l’entretien qu’il a accordé au journal algérien « Al khabar », hier dimanche, Issa a précisé que la campagne de christianisation qui vise l’Algérie a commencé à perdre de l’ampleur, affirmant que l’Etat connait les noms et les lieux de toutes les personnes concernées par ce phénomène.
Il a enfin déclaré que la volonté de s’opposer au régime doit s’éloigner de la religion, indiquant que ni la christianisation simulée, ni le fait de ne pas jeûner ne portent atteinte au pouvoir, mais a un préjudice certain sur les Algériens en ce qui concerne leur image.














GABONEWS APAnews