L'Islam, tel que je l'ai appris.(1)


Saharamédias/Nouakchott
Vendredi 28 Mars 2014


"Dis: En vérité, ma Salat, mes actes de dévotion, ma vie et ma mort appartiennent à Dieu Seigneur de l'Univers. A Lui nul associé! Et voilà ce qui m'a été ordonné et je suis le premier des musulmans." Coran 6-128.


L'Islam, tel que je l'ai appris.(1)
Cette invocation récitée par le père des prophètes Ibrahim (psl), montre combien cette religion animait les cœurs, beaucoup de siècles avant la naissance du prophète Mohamed (psl).
En tout temps, en tout lieu et au sein de tous les peuples de la terre, il exista des hommes, des êtres de Dieu, doués de droiture de vertu et de piété. Leurs actions et leurs comportements étaient guidés par une volonté d'agir dans le sens du Bien et avec le sentiment d'obéir a une volonté suprêmement et magnifiquement miséricordieuse et bienfaisante. Ils étaient tous des musulmans.
Contrairement a toutes les religions du monde identifiables par leur nom a celui qui les initia, l'Islam par son nom indique une philosophie de vie. Une soumission a un comportement moral, métaphysique, qui tend vers l'accomplissement du bien et la maitrise du mal, enfouie dans les âmes humaines.
Il est vrai que le message islamique regorge de situations propres a des faits du passé ou a des événements précis et ou spécifiques. Ceci est l'une des méthodes choisies par l'infini sagesse du Maitre des cieux et de la terre, pour donner des exemples a la postérité, l'instruire, sans altérer sa propre condition et tout en lui laissant le choix de suivre son chemin.
"Ces exemples-là, nous les donnons aux gens peut-être, réfléchirons t-ils."Coran. "La vérité vient de ton Seigneur, celui qui veut croire et celui qui veut mécroire." Coran.
Il est vrai aussi que les interprétations ont foisonné a travers les siècles. Depuis les quatre Imams Malik, chafii, Hanefi et Ahmed ibn Hambal, les esprits ont donné libre cours a leur façon d'entendre de comprendre et d'appliquer des paroles initialement venu d'un Dieu Unique, par le biais de l'un de ses anges rapprochés et sur un prophète qu'Il a choisi et magnifié d'entre ses créatures.
Il est légitime alors et au moment ou les fidèles de toutes les religions font face a la période de défis les plus tenaces, aux séismes moraux qui ont fissuré les fondement de la foi, de nous demander le pourquoi de toutes ces "interventions humaines" dans l'ordre de Dieu qui font que les fidèles de la même religion ont été amenés a s'accuser mutuellement de mécréants (exemple Sunnites-Chiites).
Pourquoi et comment se sont-ils postés en juges a la place du Vrai Juge, a se donner la liberté de tuer, de mutiler, de changer les textes, de faire régner le désordre au nom de Celui qui est le Maitre absolu de l'ordre de l'univers? De celui qui règle le mouvement cosmique de l'évolution de l'atome a la gigantesque danse giratoire de galaxies qui évoluent dans une existence homogène sans que jamais rien ne dévie de sa trajectoire?
Est-ce le mini ridiculo-minuscule esprit humain, malgré ses prétentions clownesques qui peut cerner modifier ou comprendre cet infiniment magnifique? Cette merveilleuse harmonie modestement silencieuse de la grandeur de toutes les grandeurs et puissance de toutes le puissances?
Si dans la langue arabe, le mot islam signifie soumission et obéissance, il n'en demeure pas moins que l'objectif premier de ce message tend a organiser dans le confort du choix personnel, et le consensus collectif, une manière de vivre et d'évoluer en symbiose avec le logique, le bien, le bon et le socialement acceptable et bénéfique, au bénéfice de l'être humain, et non a celui, de Celui qui n'a besoin de l'allégeance, ni de l'assistance de personne. Surtout pas celle d'un grain de poussière pensant.
Embrasser l'islam qui est à l'origine un choix et une responsabilité personnelle, a pris après la mort du prophète Mohamed (psl) des tournures, qui ont gravement entaché l'habit de cette noble religion. Des la mort de l'envoyé (psl) certain groupes n'ont pas hésité a s'entrechoquer et s'entre-déchirer quelquefois, pour simple raison d'hégémonie ou de gouvernance.
C'était le cas de la bataille de" El jemel", le chameau, qui a opposé la mère des croyants Aicha (Rad) et le calife Ali ibn Abi Talib (Rad). Pourtant l'envoyé de Dieu avait dit dans l'un de ses hadiths, "Quand deux musulmans se rencontrent par l'épée, le meurtrier et la victime sont tous les deux en Enfer."
Si nous ne pouvons statuer ou expliquer les raisons des Sahabas de l'envoyé (psl), nous pouvons en retour et en toute légitimité, nous interroger et méditer sur les mobiles qui durant les siècles suivants et a nos jours ont amené des hommes a se servir de cette sainte religion pour édifier et asseoir des dynasties souvent familiales ou claniques, dans le but de trôner sur les esprits et les consciences des hommes; se substituer au Maitre du Trône immense, pour convertir ses attributs en moyens "efficacement divins" de s'investir en législateurs et en exécuteurs de ce qui correspond a leurs intérêts et a leurs caprices.
Des théocraties souvent truffées d'appendices qui n'ont rien a voir avec le message initial et qui seront héritées par les enfants et les enfants de leurs enfants jusqu'au jour de la résurrection. Ces pauvres ont oublie que l'envoyé (psl) a dit : "Celui qui établit une fausse Sounna, parmi les hommes, répondra de son fardeau et du fardeau des fardeaux de ceux qui le suivront sur ce chemin, jusqu'au jour de la rétribution".
Depuis les Abbassides et les Omeyyades, les hommes, sous l'habit religieux, n'hésitèrent pas des siècles durant à s'exterminer de la façon la plus mécanique pour garder le monopole de cette nouvelle légitimité sur les autres, qu'octroyait la nouvelle religion. Impossible de recenser le nombre incommensurable de victimes et les multitudes d'atrocités, qui ont été commises au nom de Dieu.
Cet ordre cosmique descendu pour gracier les créatures de Dieu, ce message envoyé pour sortir les hommes des ténèbres vers la lumière, organiser leur vie, pour assurer leur bonheur, fut tout simplement réduit par des forces super intéressées a un outil efficace pour servir les intérêts et nourrir les égoïsmes, voire les machiavélismes maladifs. L'Islam otage des intérêts de ceux qui ont préféré les profits d'ici bas a la satisfaction de Dieu
De nouveaux codes de conduite seront élaborés a travers les siècles, pour remplacer l'adoration et l'allégeance au Créateur, par la soumission et l'invocation des créatures. Les visées intéressées de ce nouvel ordre religieux ne pouvaient échapper a personne. Il s'agissait tout simplement par la plus simple des astuces de se couler dans l'habit religieux et a travers lui prendre possession des hommes de leurs vies et de leurs biens.
Ceci ne sera pas spécifique a l'islam, mais a bien d'autres religions et cultes a travers cette planète bleue de manigances et rondement enceinte, d''hypocrisie. Beaucoup de braves fideles, d'hommes droits et vertueux, de croyants fervents, resteront stupéfaits, la vue obscurcie, l'esprit troublé, le raisonnement égaré, incapables "de discerner le fil blanc du fil noir de l'aube" devant cette contradiction flagrante entre la toute miséricorde de Dieu et la perfidie d'hommes commerçants de la religion et de prérogatives divines.
Ils ont oublié aussi que dans un hadit Qudsi Allah a dit: "L'orgueil est mon habit et la grandeur est mon manteau et celui tente de me les disputer, Je le précipite en Enfer." Hadith de Abou Houreyra. Des hommes qui n'ignorent absolument aucune phrases des paroles du Tout Puissant, mais qui sont doués d'une dextérité extraordinaire, à les convertir a des fins économico-politiques, versant directement dans leurs vases communicants sans la moindre vergogne ni la plus petite hésitation.
Celui qui emprunte une mauvaise route, ne peut mener a une bonne destination. Allah a dit dans le Coran: " Si nous écoutions ou réfléchissions, nous ne serions pas du nombre des damnés du Sa-ir."
Il faut absolument que le fidèle de nos jours, revienne a la source première du livre et de son Tevssir, pour échapper a cette fièvre diabolique qui s'empare de tous ceux qui s'auto-investissent de la mission d'intermédiaires entre Celui qui a dit: "Je suis très proche, Je réponds a celui qui me sollicite" et ceux qui ont intérêt a avoir affaire a Dieu plutôt qu'a ses saints.
Quatre accessoires sont plus que jamais nécessaires a l'homme d'aujourd'hui pour protéger sa foi, garder l'espoir : S'instruire, méditer raisonner et penser Il y-a toujours des hommes qui sont grands par leur fidélité au Créateur et la propagation fidèle de Sa Parole. Ces hommes là sont identifiable par leur effacement et leur désintérêt total des affaires d'ici bas.
J'ai entendu parler une fois d'un homme, qui a l'aide d'une pomme de terre chauffée à blanc s'est brulé le front pour se faire une cicatrice sur le front et paraitre dans l'image de celui qui s'use la face prosterné devant Dieu "Leurs visages sont marqués par la trace laissée par la prosternation" Coran Al Fat-h. Je me suis dit de bien mauvaises intentions se jouent d'une très grande et très noble religion.
De toute les façons et dans tous les cas, les mains de Dieu sont tendues de nuit et de jour, a celui qui décide de se repentir, de faire le bien et de ne pas s'entêter dans le faux. Le mal que lui font aujourd'hui les détracteurs de l'Islam parmi les non musulmans, est loin derrière les graves cicatrices que lui infligent les musulmans eux-mêmes.
Si nous continuons au rythme des événements récents, chez nous et ailleurs, nous inviterions tout simplement nos enfants a constater par eux-mêmes combien nous sommes méchants et hypocrites. Nous détériorerions notre foi et ne laisserions même pas a nos descendant assez de conviction pour nous enterrer dans la tombe ou prier pour notre salut.
Il n'y a pas pire ignorance que celle d'ignorer le Dieu de l'univers, le Créateur de toute créature, le Seigneur des seigneurs et le Maitre absolu de tous les maitres.
 
"سبحان ربك رب العزة عن ما يصفون و سلام على المرسلين و الحمد لله رب العالمين"
 
A suivre...
 
Mohamed Hanefi. Koweït.
 














GABONEWS APAnews