L’ambassadeur de France à Nouakchott : notre communiqué est un communiqué de routine et le président Aziz a consolidé la démocratie


Nouakchott - Saharamédias
Vendredi 4 Novembre 2016



L’ambassadeur de France à Nouakchott : notre communiqué est un communiqué de routine et le président Aziz a consolidé la démocratie
L’ambassadeur à Nouakchott, Noel Mayer a déclaré que le communiqué publié par son ambassade, au lendemain de l’agression d’une ressortissante française à Nouakchott, était un communiqué de routine, que publient traditionnellement les ambassades après des faits pareils.

Dans un entretien avec le journal « la Tribune », le diplomate français déclare qu’une citoyenne française a été victime d’une agression criminelle, en plein jour, ajoutant que la police qui a réagi immédiatement après les faits, prendra toutes les mesures pour arrêter les coupables.

L’ambassadeur de France a tenu à dissocier le communiqué de l’ambassade de celui publié quelques heures avant par l’ambassade des Etats Unis d’Amérique.

Il a évoqué la coopération sécuritaire et économique entre la Mauritanie et la France, réaffirmant que la Mauritanie était un pays ami et un partenaire stratégique de la France et joue un rôle important dans la sécurité de la région du Sahel africain.

A propos de la situation politique en Mauritanie, l’ambassadeur de France a dit qu’il était normal que son pays s’intéresse à ce qui se passe en Mauritanie, qui s’intéresse elle aussi à la vie politique en France.

Le diplomate a salué les déclarations du président Mohamed O. Abdel Aziz à la clôture du dialogue national, une déclaration qui représente, selon lui, une étape importante dans l’histoire du pays, réaffirmant qu’elles confirmeront l’entrée de la Mauritanie dans la culture de l’alternance de manière démocratique.

L’ambassadeur a enfin déclaré que la France saluait la position solennelle du président de la république, particulièrement celle relative à l’article 28 de la constitution et particulièrement la limitation des mandats présidentiels.

Le président Aziz a-t-il précisé l’a dit clairement, « on ne doit pas changer la loi fondamentale pour des intérêts personnels, car l’objectif premier est l’intérêt général et la nécessité de consolider la démocratie et le développement.
 
 














GABONEWS APAnews