L’homogénéité de la Société Civile Mauritanienne et sa force sont les garants de l’intégrité du Pays


saharamedia
Mardi 3 Avril 2012



L’homogénéité de la Société Civile Mauritanienne et sa force sont les garants de l’intégrité du Pays

Les événements à l’échelle de la scène arabe, et récemment au plan sous régional, nous interpellent  pour réfléchir sur l’avenir de notre pays, non de manière individuelle, c’est à dire sous l’angle d’une vue étroite et  corporatiste, mais dans le sens de perspective d’avenir.
Cette vue prend en compte l’intérêt général et l’avenir des générations futures.

C’est d’ailleurs ce qu’appréhendent les concepteurs des stratégies politiques de développement au niveau national, autant que tous les partenaires au développement.
Or, nous l’avons vu, aucune  politique qui se doit d’être efficiente, à long terme, n’est concevable, qu’avec la stabilité, la cohésion nationale et l’apaisement social.

Deux événements récents nous donnent des leçons : la pérennité de la démocratie tient de la perspicacité des politiques, chacun en ce qui le concerne, en tenant compte  des  spécificités actuelles de notre pays et notamment l’extrême précarité des structures sociales dans les pays en développement, comme le nôtre, affaibli par une conjoncture économique mondiale vacillante et une sécheresse qui balaie la zone sahélienne entière avec des conséquences écologiques catastrophiques.
Le deuxième, à l’Est, symbolise l’importance d’éviter les erreurs stratégiques en ce sens que la stabilité est à payer au prix cher pour éviter le pire.
Au niveau de larges franges de la société civile, qui est apolitique par nature, puisqu’elle s’implique au développement en priorité, la lutte contre la dégénération du milieu naturel et humain, et d’une façon générale l’amélioration des conditions de vie des populations, nous pensons qu’il faille sauvegarder les acquis politiques et œuvrer à leur amélioration constante, fut-elle au prix de dures concessions.

  L’une de nos plus grandes préoccupations demeure la sauvegarde de l’avenir des générations futures qui, au bout du compte, sont le but de toute politique. C’est pour cette raison qu’il faille accorder une grande importance au contexte qui garantisse la formation qui, sans la cohésion sociale et la stabilité, n’est pas possible.
Les tenir en dehors du  circuit politique courant est une nécessité pour leur permettre de s’accomplir dans leur champ respectif et être à même de prendre la relève avec un maximum de chance de réussite, qui n’est possible qu’au moyen de compétences académiques, techniques et professionnelles solvables.

Enfin, et c’est un point pour nous déterminant : Sans l’implication de la société civile aux politiques de développement, toute politique demeurera imparfaite.
Par implication, nous entendons participation à l’élaboration, à l’exécution et au suivi des actions dans tous les domaines. En réalité, la marginalisation de la société civile est aujourd’hui un constat amer. Malheureusement, beaucoup de cadres y participent par ignorance, et par opportunisme.

En tout cas, de part le monde, la Société Civile joue un rôle déterminant  à tous les niveaux. Son implication, son appui réel et son renforcement permettront non seulement la garantie de l’aboutissement du développement durable, mais ils jouent aussi le rôle d’un pole de stabilité sociopolitique nécessaire.
Mais quand est-ce que le comprendra-t-on ?

Source Chemsiyatt                                                                                                                      Boumouzouna
Réseau Conseil des ONGs Nationales d’Appui au
Développement Economique et Social (CONADES) Mauritania

 















GABONEWS APAnews