LA FAO ET L´AMELIORATION DE LA SECURITE ALIMENTAIRE


saharamedia
Mercredi 22 Juin 2011



Ce texte s'adresse à tous ceux qui souhaitent contribuer à la lutte contre la faim dans le monde. J'ai décidé de l'écrire en soutien à la candidature de mon ami José Graziano da Silva au poste de directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture, la FAO.

Il reste encore beaucoup à faire pour assurer la sécurité alimentaire mondiale, ce qui passe nécessairement par la réforme et le renforcement de la FAO et la consolidation de pratiques agricoles socialement inclusives et durables du point de vue environnemental, principalement l'agriculture familiale. Pour ce faire, il est indispensable de donner davantage de poids aux instances nationales et de garantir une gestion plus décentralisée qui permette une plus grande implication des pays, principalement ceux en développement.

José Graziano a d'ores et déjà prouvé qu'il présentait les compétences nécessaires pour mener cette tâche à bien. En tant que sous-directeur général de la FAO et représentant régional pour l'Amérique latine et lês Caraïbes, il a conduit l'Initiative Amérique latine et Caraïbes sans faim, grâce à laquelle les pays de la région ont été les premiers à s'engager pour l'éradication de la faim d'ici 2025. Il a également joué un rôle central dans le processus d'articulation entre la FAO et d'autres agences du système des Nations unies telles que la Cepal, le PNUD et l'OIT et des organismes internationaux comme l'IICA et l'OEA.

Au cours de sa carrière, il s'est consacré au développement rural et à la lutte contre la faim comme l'illustre le success des politiques de lutte contre la faim et la sous-nutrition développées à partir de 2003 au Brésil. C'est lui qui a coordonné l'élaboration du programme "Faim Zéro" ayant contribué au fait que 24 millions de Brésiliens soient sortis de la pauvreté et à la réduction de 25% de la malnutrition dans le pays sur 5 ans em n'utilisant que 0,5% du PIB brésilien.

Le Brésil a significativement contribué aux activités de la FAO depuis sa création. Josué de Castro est l'un des Brésiliens ayant marqué l'histoire de l'organisation. Il est l'auteur des livres Géographie de la faim et Géopolitique de la faim, le premier étant une étude pionnière sur la situation au Brésil, le deuxième une analyse de la faim dans l'ensemble du monde.

 Il convient de rappeler que la FAO a été créée afin d'assurer la sécurité alimentaire de la planète. Malgré les efforts et les progrès, cet objectif n'a pas encore été atteint. Plus de 60 ans après la création de l'organisation, une personne sur sept souffre encore de la faim.

 C'est pourquoi la FAO doit relever le défi de l'éradication totale de la faim dans le monde par le biais d'actions concrètes, investissant dans la promotion du développement rural durable, mais aussi dans l'accroissement de la coopération Sud-Sud, des échanges et de la solidarité entre les nations. Il est fondamental de renforcer l'agriculture familiale et les politiques publiques visant au maintien des agriculteurs en milieu rural, d'améliorer les structures de production, de créer des facilités d'accès au crédit, à l'assistance technique et à la vulgarisation agricole de qualité pour produire et commercialiser les produits. Il est nécessaire et urgent de reconnaître le rôle des petits et moyens producteurs comme gardiens de la biodiversité, de l'intégrité des paysages ruraux et de la sécurité alimentaire. Ces pratiques doivent être associées à l'intensification de la coopération internationale, principalement entre pays ayant des biomes similaires.Tel est le chemin visant à assurer le besoin croissant d'aliments sains de la population mondiale qui atteindra 9 milliards de personnes au milieu du siècle.

 Fort de grandes compétences universitaires et professionnelles, José Graziano da Silva réunit les conditions nécessaires pour relever ce défi.

 

Ignacy Sachs, directeur d'études honoraire
EHESS (École des hautes études en sciences sociales),
Paris
















GABONEWS APAnews