La Banque Centrale de Mauritanie a émis et a commencé à distribuer en nouvelle coupure, un billet de Cinq mille Ouguiyas


saharamedia
Lundi 9 Août 2010



La Banque Centrale de Mauritanie a émis et a commencé à distribuer en nouvelle coupure, un billet de Cinq mille Ouguiyas

Cette émission intervient Cinquante ans après l’indépendance du pays qui a consolidé sa souveraineté économique, modernisé ses infrastructures et diversifié son tissu de production. La BCM a indiqué que l’Ouguiya, symbole de la souveraineté nationale du pays, doit répondre elle aussi aux impératifs de développement et accompagner la modernisation de la Mauritanie. Ce nouveau billet qui doit faciliter les paiements dispose d’une face en français et d’une face en arabe. Cette dernière représente -comme motif principal- la Grande Mosquée Ibn Abbas de Nouakchott qui a été la première et, pendant longtemps, l’unique mosquée de la capitale mauritanienne fondée en 1957. Des ornements mauritaniens figurent en outre sur la face arabe du nouveau billet comme c’est déjà le cas pour les autres coupures de 200, 500, 100 et 2000  Ouguiyas émises en 2004.Le terminal de déchargement des wagons de minerai de fer dans le port de Nouadhibou est représenté comme motif accessoire sur la face française de ce qui est maintenant la plus grosse coupure en ouguiyas. Le nouveau billet de Cinq mille est doté de signes de sécurité classique mais qui continuent à faire leurs preuves : le filigrane, une image à tons graduels gravée dans le papier représentant «un homme âgé et pensif» visible par transparence à contre-jour. De même, l’impression coûteuse en taille douce, repérable au toucher, sur les deux faces du billet, ne peut être reproduite, comme il a déjà été mentionné, ni par des machines à imprimer ni par des photocopieuses. Sur le côté arabe du nouveau billet de banque, il y a, à gauche à côté du champ blanc, le Peak qui est un élément à image latente colorée qui fait apparaître des informations et des teintes différentes selon l’angle d’observation. A droite sur le même côté du billet, figure la bande holographique qui a pour motif la dénomination en chiffres. En fonction de la lumière et selon l’angle sous lequel, on l’examine, elle change de couleur et de forme. Cet élément de sécurité pratiquement infalsifiable se retrouve aussi sur les autres billets de 500, de 1000 et de 2000 Ouguiyas.

 

 

 

 

AMI

 

 















GABONEWS APAnews