La Banque Mondiale (BM) pour la libéralisation des transoprts aériens en Afrique


saharamedia
Mercredi 29 Septembre 2010



La Banque Mondiale (BM) pour la libéralisation des transoprts aériens en Afrique

Les pays africains "peuvent améliorer la sécurité aérienne et stimuler leur propre croissance économique et leurs perspectives de développement en mettant en pratique les engagements qu'ils ont pris d'ouvrir les marchés locaux du transport aérien aux opérateurs extérieurs" selon une étude de la Banque Mondiale (BM) contenue dans un document envoyé mercredi à Sahara Médias.

Décrivant les conditions actuelles du secteur, cette étude relève "à l'heure actuelle, les normes de sécurité sont médiocres dans 31 pays d'Afrique, ce qui cause davantage d'accidents d'avions que dans toute autre région du monde" selon Charles Slumberger, spécialiste des transports aériens à la Banque Mondiale (BM) et auteur de l'étude.

Ainsi, pour ces pays "la mesure de transoport aérien la plus urgente est de mettre en place un régime adéquat de supervision de la sécurité et de la sûreté aérienne".

Le document de la BM a été présenté aux spécialistes des transports aériens réunis dans le cadre d'une conférence organisée conjointement par l'université MC Gill et l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) à Montreale le 27 septembre dernier.

Les engagements des pays africains à ouvrir leur transport aériens ont été pris à l'occasion d'une réunion tenue à Yamoussoukro (capitale politique de la Côte d'Ivoire) en 1999, avec 44 pays africains signataires relativement à la déréglementation liaisons aériennes en vue de promouvoir les marchés régionaux du transport aérien ouvert à la concurrence transnationale (principe de libéralisation du transport aérien).

La décision de Yamoussoukro requière spécifiquement la libéralisation complète du transport aérien intra africain en matière d'accès, de capacité, de fréquence et de tarifs.

Le libre exercice par  les campagnies aériennes qualifiées des première, seconde, troisième, quatrième et cinquième liberté pour le transport aérien des passagers, du frêt,libéralisation des tarifs et concurrence loyale......

Sur la base de statistiques établis par l'Association du Transport Aérien Internationale (IATA), le taux d'accident aérien avec perte de l'aéronef a été 6 fois plus élevé en Afrique qu'en Asie ou en Amérique latine, plus de 12 fois élevé qu'en Europe ou en Amérique du Nord.















GABONEWS APAnews