La COD : Un Meeting pour mettre à profit les effets de la crise.


saharamedia
Vendredi 16 Avril 2010



 La COD : Un Meeting pour mettre à profit les effets de la crise.

 

La Coordination de l’Opposition Démocratique (COD), appelle à un rassemblement populaire le samedi 17 avril dans l’après midi à la place de la mosquée  Ben Abass. Un méga meeting  sous le thème « échecs et duperies » du pouvoir.

Cette manifestation intervient dans un contexte de  double crise. Le pays est confronté à une situation difficile comportant plusieurs dimensions : politique, économique, sociale et sécuritaire.

 

En plus  de cette donne générale, les rapports, entre le régime issu du coup d’état militaire  du 6 août 2008, passé sous le label de la légalité constitutionnelle  grâce à l’élection présidentielle du 18 juillet 2009,   et l’opposition, restent tendus. Ces rapports se caractérisent par une absence totale de dialogue, combinée à une « guerre » médiatique. Un jeu dans lequel passe toutes les accusations et contre accusations et coups bas.

Par ricochet, la coordination voudra également répondre aux médias ayant donné un compte rendu « tendancieux » des propos tenus le week-end dernier par le leader  de l’Alliance Populaire Progressiste (APP), Messaoud Ould Boulkheir, par ailleurs président de l’assemblée, présentés comme une attaque en règle contre le président du RFD.

La COD semble jouer sur du velours en ces temps durs pour le pouvoir. Ainsi, elle  pourrait élargir très prochainement  ses bases en accueillant le groupe de l’ancien chef de l’état, Ely Ould Mohamed Vall (une révélation faite à « Sahara médias »  par  maître Mahfoudh Ould Bettah, ex bâtonnier et ancien ministre de la justice, et un communiqué du RFD annonce une rencontre entre Ahmed Daddah et la même mouvance, rendu public vendredi semblent accréditer cette prétention).

Les battus de la dernière élection présidentielle ont retrouvé du poil de la bête et le montre tous les week-ends dans des rassemblements populaires.

La coordination adopte une stratégie claire : rester constamment en action. Cela,  pour  profiter à fond du contexte actuel marqué par  les difficultés du pouvoir et montrer à une population dont les conditions de vie sont en constante dégradation, que le pays est géré par un régime  « incompétent » des mains « inexpertes ».

De ce point de vue, les sujets ne manquent pas : le problème des vaccins « frelatés », la polémique relative à l’enfouissement de déchets « toxiques » à quelques kilomètres de la route reliant Nouakchott à Nouadhibou (les 2 principales ville de notre pays), la dernière tentative de « rapt » d’un couple français, la nomination d’un symbole du régime Taya (ex premier Ministre à la présidence du Conseil Constitutionnel, la spirale infernale des prix, les disfonctionnements de l’administration, les relations toujours tendues avec le Mali…….

Cependant, bien au-delà de la polémique politicienne, la classe politique (majorité et opposition confondues) devrait s’accorder sur  un certain nombre de constante pour atténuer une crise persistante malgré le règlement de sa dimension constitutionnelle par le scrutin du 18 juillet 2009.

Autrement, c’est comme  si les mauritaniens continuaient à jouer avec le feu en observant  sans réagir une course folle vers l’inconnu.

Le fait qu’aucune personnalité d’envergure nationale ne propose ses services pour nouer, ne serait ce qu’un mince file de dialogue, vient accroître  notre angoisse.

La Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) regroupe les formations les plus représentatives de la mouvance : le Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), l’Alliance Populaire Progressiste (APP), l’Union des Forces de Progrès (UFP), l’Alternative, le Rassemblement du Peuple Mauritanien (RPM), le Pacte National pour la Démocratie et le Développement (PNDD-ADHIL)…..















GABONEWS APAnews