La COD appelle au départ du président et à mener une enquête sur « ses scandales »


Sahara Médias - Nouakchott
Mardi 9 Avril 2013



La COD appelle au départ du président et à mener une enquête sur « ses scandales »
La Coordination de l’opposition démocratique (COD) a appelé, une nouvelle fois, au départ du président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, pour les « présomptions » de scandales dans lesquels sont pouvoir serait impliqué, selon l’opposition.
Cet énième appel est intervenu ce mardi lors d’une conférence de presse organisée par la COD et au cours de laquelle, Jamil Mansour, président du parti « Tawassoul » assurant la présidence tournante de la Coordination, a déclaré qu’Ould Abdel Aziz « malgré qu’il représente un symbole de la souveraineté, est impliqué, de manière sérieuse, dans une série de scandales à la fois moraux et économiques et, plus dangereux que tout cela, au trafic de la drogue ».
Et Ould Mansour d’ajouter : « Selon les rapports de presse, les enregistrements, les mises en parallèles et les preuves, Ould Abdel Aziz faisait partie d’une bande agissant dans de sales affaires ayant commencé en 2005, au moment où il étit colonel, et passant par les années 2006, 2007 et jusqu’à 2012 », précisant qu’il y a des enregistrements et des numéros de téléphones de personnes ainsi que des dates de correspondantes prouvant ces accusations.
Le président de la COD a poursuivi en disant qu’il y a des journaux internationaux qui ont publié ces correspondances et une partie des enregistrements des communications téléphoniques depuis la Jordanie et le numéro de téléphone de la conseillère du président, Coumba Bâ, et des enregistrements de la voix d’Ould Abdel Aziz lui-même », et tout cela selon le nommé Omar Amadou, qui a joué le rôle d’intermédiaire entre le chef de l’état actuel et la bande », selon son expression.
Ould Mansour a continué en critiquant sévèrement le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz, qu’il accuse de se jouer de la justice, dans le seul but de donner une liberté provisoire à des trafiquants de drogue et alléger leurs peines ». 














GABONEWS APAnews