La COD organise un meeting populaire à Maghta – Lahjar


saharamedia
Jeudi 19 Janvier 2012



Le chef de file de l’opposition démocratique en Mauritanie, Ahmed Ould Daddah, a déclaré que le changement du pouvoir Actuel en Mauritanie « est inéluctable », ajoutant que l’opposition privilégie encore la mobilisation des foules dans les différentes wilayas du pays pour l’appuyer dans la pression mise sur le président en vue de le pousser à « un dialogue sérieux » conduisant à la tenue d’élections présidentielles libres et transparentes.

De son côté, le président du PLEJ, Ba Mamadou Alassane, assurant la présidence tournante de la Coordination de l’opposition démocratique (COD) a vivement critiqué le pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz, considérant que c’est « la pire des catastrophes que le pays a connue dans son histoire », selon son expression.

Au cours de ce meeting que la COD a organisé à Maghtar-Lahjar (Brakna) par la COD, le président du parti Hatemn Saleh Ould Hannena, a déclaré qu’Aziz doit quitter le pouvoir, précisant que si cela n’est pas possible de façon pacifique, l’opposition « doit envisager les autres possibilités ».

Jamil Mansour, président du parti « Tawassoul » d’obédience islamiste, a indiqué que la Mauritanie vie une « situation malsaine » parce qu’elle est gouvernée aujourd’hui par un régime militaire préoccupé par « le saccage » des biens de l’Etat, accusant Aziz de mener une guerre contre les pauvres par la mise en œuvre de politiques méthodiques consistant à provoquer les hommes d’affaires, ce qui est de nature à les pousser à sortir leurs biens du pays.

De son côté, le vice-président de l’Union des forces de progrès (Ufp), Moustapha Ould Bedredine, a accusé Ould Abdel Aziz d’être préoccupé uniquement par « l’accumulation des biens », prenant pour exemple à ses assertions la convention de pêche avec la société chinoise Poly-Hondong et celle nouée avec la société des mines de cuivre d’Akjoujt (MCM).

Quant au président de la Convergence démocratique nationale (CDN), Mahfoud Ould Bettah, il a préféré revenir sur le discours prononcé par Ould Abdel Aziz à Tunis, lors de la commémoration de la chute de Ben Ali, affirmant que s’il affirme que les « forces de l’ombre ne font pas retarder le printemps, nous lui rétorquons que lui ne va remettre à plus tard le printemps mauritanien ».

 















GABONEWS APAnews