La COD organise une table ronde sous le thème : La commémoration du 51ème anniversaire de l’indépendance : La mauvaise récolte pour le général


saharamedia
Lundi 28 Novembre 2011



La Coordination de l’opposition démocratique (COD) a dénoncé ce qu’elle a qualifié de « répression des manifestants de Touche pas à ma nationalité » qui sont sortis lundi, 28 novembre, dans les rues de Nouakchott.

La COD a aussi fustigé ce qu’elle a appelé « les vexations » dont furent victimes les défenseurs des droits de l’homme se rendant à Inal, nord de la Mauritanie, dans la nuit du 28 novembre, pour se recueillir, sur le lieu où des militaires négro-africains auraient été exécutés sommairement lors des évènements de 89-91.

Ces déclarations ont été faites, lors de la tenue d’une table ronde, organisée par la Coordination de l’opposition démocratique à l’occasion de la commémoration du 51ème anniversaire de l’indépendance de la Mauritanie, par Bâ Amadou Alassane, président du PLEJ, assurant la présidence tournante de la COD.

 

Au cours de cette table ronde organisée sous le thème « la commémoration du 51ème anniversaire de l’indépendance, la mauvaise récolte pour le général », Bâ Mamadou Alassane a tenu à souligner  que la Mauritanie de Mohamed Ould Abdel Aziz « n’est pas celle dont on rêve », ajoutant que la présence de cet homme à la tête de l’Etat « perpétue la polémique autour du rôle de l’armée dans la vie politique ».

Le côté économique de la table ronde a été animé par l’opposant Ahmed Ould Lafdhal qui a indiqué que la part revenant à la Mauritanie dans l’exploitation des ressources minières, et que Ould Abdel Aziz a inscrite dans une fourche comprise entre 10% et 30%, « ne s’applique pas à Tasiast et à MCM mais est seulement prévue dans les projets futurs ».

Ould Lafdhal a ajouté que la Mauritanie « a trouvé maintes occasions pour augmenter sa quote-part dans la production de Tasiast et de MCM, vendue chacune trois fois, ce qui permettait au gouvernement d’en tirer profit au lieu de se contenter des 3% », selon son expression.

Quant à l’ancien ministre Dah Ould Abdel Jellil, il a abordé plutôt la question de la lutte contre le terrorisme qui, dira-t-il, « est la mission de Ould Abdel Aziz parce que c’est le cheval qu’il avait enfourché pour arriver au pouvoir, en convainquant les Occidentaux qu’il est l’homme de la situation ».

Il a ajouté que la guerre contre le terrorisme a aussi besoin d’une « bonne préparation politique et psychologique, en plus de l’assèchement des sources du terrorisme par l’argument religieux, juridique et politique, rôle que les oulémas sont bien capables de jouer ».

Enfin, la COD a annoncé, pour le 15 décembre prochain, un grand meeting populaire dans le cadre de ses activités politiques.















GABONEWS APAnews