La COD proteste contre les crises à répétition


saharamedia
Jeudi 17 Juin 2010



La Coordination de l'Opposition Démocratique (COD) en Mauritanie, un collectif d'une dizaine de partis politiques, a organisé une marche de protestation contre les crises à répétition, véritable preuve de "l'incurie" du pouvoir, mercredi en fin d'après midi.

Partis du carrefour de la BMD, les nombreux partisans de l'opposition fortement mobilisés,  ont traversé le centre ville pour se rassembler à la place située prés de la mosquée Ibn Abass.

Tout au long du parcours, ils ont crié des slogans pour dénoncer la gestion actuelle du pays, dont la marque principale est l'absence totale de compétence, l'inexpertise et l'inexpérience.

La marche du mercredi 16 juin est le point de départ d'une série de manifestations contre le pouvoir issu de l'élection présidentielle "frauduleuse" du 18 juillet 2009, selon le collectif de l'opposition.

Seul intervenant au terme de la marche, Ahmed Ould Daddah, leader du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), et président sortant du collectif (il doit passer le témoin à Bodiel Ould Houmeid), a vivement dénoncé les pratiques de mauvaise gouvernance économique et de gabegie. Entre autre exemple, il est revenu sur le don de  50

millions de Dollars us du Royaume d'Arabie Saoudite "qui n'a jamais fait l'objet d'une procédure de budgétisation" telle que l'exigent les règles de fonctionnement des finances publiques.

Ainsi, la COD est décidée à occuper le terrain politique par la rue pour  faire entendre la voix de l'opposition au moment de l'organisation de la table ronde des bailleurs de fonds sur la Mauritanie prévue les 22 et 23 juin prochain à Bruxelles.

Ce rendez vous est d'une importance capitale pour le régime du président Mohamed Ould Abdel désireux de repartir sur de nouvelles bases après coup d'état du 6 août 2008 et  le retour à l'ordre constitutionnel le 18 juillet 2009, estiment les observateurs.

La mise en œuvre du programme et des promesses de campagne de l'actuel chef de l'état dépendra essentiellement de l'engagement de la communauté financière internationale aux côtés du gouvernement mauritanien pour aider à la réalisation  de prés de 200 projets de développement sur les 5 prochaines années.

La nouvelle stratégie de l'opposition consiste-semble-t-il, consiste  à profiter de l' importante échéance de Bruxelles pour   ramener la communauté internationale dans le jeu politique mauritanien.

Sur la base de ce calcul, les  partenaires au développement  obligeraient notamment le pouvoir à un dialogue "sérieux" avec l'opposition en vue de réformes pour l'approfondissement de la démocratie.

 















GABONEWS APAnews