La COD qualifie les politiques du pouvoir en Mauritanie « d’enfer insupportable »


saharamedia
Lundi 24 Janvier 2011



Lors du passage de témoin de la présidence de la Coordination de l’opposition démocratique (COD), entre Abdel Ghoudous Ould Abeidna (sortant) et le nouveau président, Mahfoudh Ould Bettah, le premier a déclaré que les politiques du pouvoir actuel « ont transformé le pays en un insupportable enfer et ont permis de découvrir la part du faux dans les prétentions du régime d’assurer un avenir meilleur pour les pauvres ».

Ould Abeidna qui s’exprimait au cours d’une conférence de presse au cours de laquelle il a annoncé la transmission de la présidence de la COD à Mahfoudh Bettah, président du parti de la Convergence démocratique, a aussi indiqué que ce qu’il considère comme la mauvaise gestion, les agissements clientélistes et le chômage des jeunes sont « des problèmes qui décrédibilisent les prétentions réformistes du pouvoir », selon son expression.

Il a ajouté que cette ère se   caractérise par « l’emprisonnement des journalistes, des défenseurs des droits de l’hommes et des hommes politiques », précisant que la « seule solution consiste à traiter toutes ces questions de façon radicale, en tenant compte des préoccupations des populations, et en ouvrant un dialogue franc avec les différents camps politiques, loin de l’exclusion et de la marginalisation dont certains ont été victimes », selon ses propos.

 

De son côté, Mahfoud Ould Bettah, nouveau président de la COD, a déclaré que la crise « a atteint son apogée avec la hausse des prix, la cherté de la vie et le chômage endémique des diplômés », assurant que cela installe « la conviction irréfutable que ce pouvoir et sa majorité sont impuissants ». Ould Bettah a indiqué que le pays a besoin d’un président qui soit disposé à ouvrir un vrai dialogue et à réaliser le rêve de liberté, de développement économique et social auquel aspirent les citoyens, « et non la réalisation de routes avec de très lourdes factures », selon son expression.

Il a affirmé que l’opposition a toujours demandé le dialogue à travers ses communiqués et ses conférences de presse, et à donner des conseils au régime, non pas parce qu’elle veut partager le pouvoir mais « le président a voulu n’en faire qu’à lui-même, jusqu’à ce que les fonctionnaires et les agents de l’Etat n’ont plus rien à faire, ce qui expose le pays à des dérapages qui peuvent avoir des conséquences fâcheuses ».

Enfin, le président de la COD a lancé un appel à l’armée mauritanienne pour qu’elle soit « une armée républicaine et professionnelle protégeant l’Etat et non la tête du pouvoir », indiquant que le peuple a besoin de réformes économiques et politiques sérieuses garantissant l’accès de la plus grande majorité des citoyens au bien-être, et non la mainmise sur les rouages de l’Etat, le bâillonnement des voix et l’entrave devant des réformes véritables », selon son propos.















GABONEWS APAnews