La France appelle à un cessez le feu à une reprise du dialogue au nord Mali


Saharamedias/Nouakchott
Jeudi 22 Mai 2014


La France a appelé ce jeudi , par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Roman Nadal, à l'arrêt des hostilités et à des négociations urgentes entre le gouvernement malien et les groupes armés touaregs qui se sont emparés de la ville de Kidal.


La France appelle à un cessez le feu à une reprise du dialogue au nord Mali
Paris considère qu’il est « important que les combats cessent et que les deux parties reviennent à la table des négociations » pour résorber cette nouvelle crise au nord Mali.
Nadal considère que la situation aujourd’hui « est différente de celle de 2012 », considérant que l’intervention des forces françaises aux côtés des forces africaines et maliennes « a pemis d’affaiblir considérablement les groupes terroristes qui avaient pris le contrôle du nord Mali », selon son expression.
Selon Mossa Ag Attaher, le porte-parole des rebelles touareg du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), une quarantaine de militaires maliens ont été tués, cinquante ont été blessés et 70 faits prisonniers après les affrontements de ces derniers jours à Kidal, a affirmé. Le MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) déplore de son côté deux morts, dont un officier et une dizaine de blessés, a déclaré son porte-parole, basé dans la capitale burkinabè, lors d'une conférence de presse.Paris considère qu’il est « important que les combats cessent et que les deux parties reviennent à la table des négociations » pour résorber cette nouvelle crise au nord Mali.
Nadal considère que la situation aujourd’hui « est différente de celle de 2012 », considérant que l’intervention des forces françaises aux côtés des forces africaines et maliennes « a pemis d’affaiblir considérablement les groupes terroristes qui avaient pris le contrôle du nord Mali », selon son expression.
Selon Mossa Ag Attaher, le porte-parole des rebelles touareg du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), une quarantaine de militaires maliens ont été tués, cinquante ont été blessés et 70 faits prisonniers après les affrontements de ces derniers jours à Kidal, a affirmé. Le MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) déplore de son côté deux morts, dont un officier et une dizaine de blessés, a déclaré son porte-parole, basé dans la capitale burkinabè, lors d'une conférence de presse.Paris considère qu’il est « important que les combats cessent et que les deux parties reviennent à la table des négociations » pour résorber cette nouvelle crise au nord Mali.
Nadal considère que la situation aujourd’hui « est différente de celle de 2012 », considérant que l’intervention des forces françaises aux côtés des forces africaines et maliennes « a pemis d’affaiblir considérablement les groupes terroristes qui avaient pris le contrôle du nord Mali », selon son expression.
Selon Mossa Ag Attaher, le porte-parole des rebelles touareg du Mouvement national pour la libération de l’Azawad (MNLA), une quarantaine de militaires maliens ont été tués, cinquante ont été blessés et 70 faits prisonniers après les affrontements de ces derniers jours à Kidal, a affirmé. Le MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) déplore de son côté deux morts, dont un officier et une dizaine de blessés, a déclaré son porte-parole, basé dans la capitale burkinabè, lors d'une conférence de presse.














GABONEWS APAnews