La Mauritanie d’abord


saharamedia
Mardi 31 Juillet 2012



La Mauritanie d’abord

Par : Ahmed Ould Imijin (Journaliste, ancien fonctionnaire international)

Face aux tiraillements existants entre les différents pôles politiques nationaux, personne n’est plus en mesure d’appréhender, correctement, ce qui se passe dans le pays. La succession des marches, tables rondes, meetings de soutien, sit-in, contre le pouvoir ou en sa faveur, demandant son « dégagement » ou qu’il « reste », mais aussi avec des initiatives conciliatrices qui demeurent encore, l’on reste stupéfait face à l’enlisement politique actuel. Ni l’opposition ne propose de véritables alternatives, au lieu de d’appeler à la chute du régime, pour qu’on puisse trouver le compromis nécessaire, le dénominateur commun permettant de penser à l’organisation d’élections libres et transparentes. Ni le pouvoir n’a donné, de son côté, des signaux forts rassurant l’opposition et prouvant sa réelle volonté de chercher une solution adéquate à la crise par un dialogue politique fondateur d’un Etat de droit avec des institutions démocratiques crédibles.

Et devant cet entêtement de part et d’autre, fait de flux et de reflux, le citoyen ordinaire, dont le seul souci est de vivre honnêtement, dans le cadre d’un Etat démocratique garantissant à tous ses fils sécurité, justice sociale et stabilité, se demande qu’est-ce que l’avenir lui réserve et sommes-nous déjà engagés sur la voir de l’incertain ?

La grande crainte des uns et des autres est que la Mauritanie ne soit plus comme le veulent ses citoyens sincères, à savoir un pays pour tous ceux qui sont jaloux de sa souveraineté, sa dignité mais surtout, sa diversité, tel les belles couleurs d’un collier qui, une fois rompu, voit les différentes pièces du puzzle éparpillées et difficiles à rassembler pour retrouver la forme initiale.

C’est la Mauritanie pour tous, avec sa diversité et ses communautés, là où le Créateur a voulu qu’elle soit la terre du minaret et du ribat, avec cette cohésion sans pareille rendue possible par la foi musulmane partagée par tous, le même territoire et l’avenir commun.

Qu’elle est belle cette spécificité mauritanienne, cette cohabitation don de Dieu qu’il faut nécessairement préserver pour qu’elle ne tombe pas dans le piège qui risque d’être plus grave qu’on ne le suppose. Car les dangers nous guettent de tous côtés, d’est, du nord et du sud, alors que l’Atlantique (je ne parle pas de l’Alliance mais de l’Océan) nous menace à l’ouest. Pourvu que, face à tout cela, nous ne soyons pas une proie facile.

La Mauritanie, terre de tolérance et d’amour, suffit pour tous, si les volontés sont claires pour éloigner de nous tous les vices, tels que l’orgueil, la marginalisation des autres, la convoitise, et qu’on se tourne, tous, vers l’entraide pour bâtir un Etat de droit avec des institutions démocratiques solides.

Et avec les bonnes nouvelles que constituent les premières précipitations tombées sur le pays, annonçant un bon hivernage, incha Allah, notre espoir est que cela soit une occasion donnée à la classe politique, opposition et majorité confondues, pour recouvrer leurs esprits et se remettre en cause pour évaluer la situation et revenir avec des sentiments de patriotisme et une volonté ferme et réelle pour mettre une croix sur les divergences et reposer l’exercice de l’action politique sur des bases saines déterminant une feuille de route pour une nouvelle ère où tous seront égaux en droits et en devoirs. C’est de cette manière seulement qu’on fera éviter à notre pays les soubresauts et les conséquences fâcheuses d’un risque de balkanisation et d’une somalisation possibles. Nous avons des exemples en le Yémen, qui a été conduit au bord de la déchirure, en la Syrie qui traverse actuellement les affres de la guerre civile, en Somalie où une guerre fratricide interdit tout répit, et enfin au Mali voisin qui se débat dans des difficultés dont la plus grave est cette incongruité dans le nord.

En Mauritanie, nous nous devons, plus qu’à aucun autre moment, de serrer les rangs et d’unir nos voix pour éviter au pays de violentes secousses. Pour cela, chaque camp politique doit accepter de faire des concessions à l’autre, s’éloigner de l’égoïsme politique et des intérêts partisans étroits et tendre vers cet intérêt général qui doit être le souci de tout en chacun.

Il est nécessaire, dans le contexte actuel, de donner une occasion au pouvoir en place, venu suite à des élections consensuelles, et qui, à travers certains actes posés (enrôlement des populations pour édifier un état-civil fiable, désignation d’une CENI, réalisations d’infrastructures de base), prouve qu’il cherche à tirer le pays vers le haut, bien que l’on soit conscient que trois décennies d’accumulations, de gabegie et de dictature, ne facilitent pas une telle tâche.

Ceci étant, sans le patriotisme de tous, la sagesse et la volonté de dépasser les écueils, nous ne parviendrons jamais à préserver la Mauritanie de demain qui doit être celle d’une nation démocratique, civilisée et propre à tous.















GABONEWS APAnews