La Mauritanie dénonce des tentatives suspectes destinées à déstabiliser le pays


Nouakchott - Saharamédias
Jeudi 3 Novembre 2016



La Mauritanie dénonce des tentatives suspectes destinées à déstabiliser le pays
Le directeur de la sûreté de l’état, le commissaire divisionnaire Sidi O. Baba El Hacen, a accusé certains milieux mal intentionnés de diffuser de fausses informations à l’opinion publique destinées à perturber la sécurité et la stabilité de la Mauritanie, et a réaffirmé que la situation sécuritaire dans le pays est stable et qu’il n’existe aucune menace pour sa sécurité.

Dans un entretien avec la télévision nationale, O. Baba El Hacen a dit que ces rumeurs avaient pris de l’ampleur après l’agression d’une ressortissante française.

Selon le commissaire celle-ci n’a pas contacté les autorités qui ont cependant ouvert une enquête au terme de laquelle il a été prouvé qu’elle n’a pas fait l’objet de viol.

Elle a quitté le pays sanas avoir collaboré avec les autorités sécuritaires ce qui a laissé planer des doutes en ce qui la concerne.

Il a ajouté qu’au cours de ces mêmes jours, trois personnes porteuses d’une certaine pensée avaient été arrêtées avec, en leur possession, des équipements rudimentaires et traditionnels, ajoutant que l’enquête était encore en cours.

Ces personnes arrêtées étaient surveillées sur les réseaux sociaux.

Le directeur de la sûreté de l’état a ajouté que les autorités mauritaniennes ont pris des dispositions pour surveiller les frontières et ont déployé des unités spécialisées pour assurer la sécurité.

Il a réaffirmé que la sécurité dans le pays est sans faille et qu’aucune action suspecte de terrorisme n’a été enregistrée dans le pays.

Trois ambassades dans le pays, celles des Etats Unis, de la France et du Royaume Uni avaient adressé des mises en garde à leurs ressortissants d’éviter d’apparaître dans des lieux publics et dans certains quartiers, faisant croire à un risque d’attentat contre eux.

Des mises en garde qui ont amené les mauritaniens à se poser des questions et à s’inquiéter.
 














GABONEWS APAnews