La Mauritanie, élue à la présidence de la Zone Nord de l’UA et à la vice-présidence de la CAFAC


saharamedia
Mercredi 19 Mai 2010



La Mauritanie, élue à la présidence de la Zone Nord de l’UA et à la vice-présidence de la CAFAC

 

A l’issue de la XXIème session plénière de la CAFAC (Commission Africaine de l’Aviation Civile), tenue du 11 au 13 Mai 2010 à NDjaména, la capitale du Tchad, la Mauritanie a été élue à la présidence de la Zone Nord qui regroupe l’Algérie, l’Egypte, la Libye, la Mauritanie, la Tunisie. Cette élection qui la place à la vice-présidence continentale de la CAFAC, dont le siège est basé à Dakar (Sénégal) avec, à la clé, un mandat de six ans, est le fruit d’âpres négociations déjà entamées en Mars dernier à Rabat lors de la réunion des directeurs généraux de l’aviation du Maghreb, lesquels avaient fini par proposer notre pays à ce poste qui était occupé par l’Algérie. Il reviendra à la Mauritanie, avec les autres pays élus dans leurs zones respectives de coordination régionale (Ouest, Centre, Est et Sud), de préparer les élections de renouvellement du Conseil de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI), prévu en septembre prochain à Montréal au Canada, sachant que les pays africains candidats seront portés par la CAFAC et que chaque pays doit négocier son soutien à telle ou telle autre zone qu’elle soit d’Asie, d’Amérique latine ou d’ailleurs.
De même qu’elle aura, après cette adoption de la nouvelle constitution de la CAFAC à NDjaména, à travailler à une plus grande efficacité des missions qui se doivent d’être plus affinées et de veiller à une mise en œuvre effective de la Décision de Yamoussoukro laquelle implique une libéralisation du secteur du transport aérien dans tout le Continent, alors qu’elle tarde à se faire dans certaines zones.
Selon M. Saleck Ould Mahfoudh, directeur général de l’ANAC (Agence nationale de l’aviation civile) à laquelle est revenue cette double élection mauritanienne à la présidence de la Zone Nord et à la vice-présidence de la CAFAC «les premiers avantages que nous pouvons tirer de cette élection sont tout d’abord la notoriété et la confiance en notre pays. Nous serons aussi au centre de la prise de décision au niveau de la communauté aéronautique mondiale. A titre d’illustration, nous sommes mandatés pour mener une médiation entre le Maroc et la CAFAC pour soutenir la candidature d’un pays membre de l’ACAC au Conseil de l’OACI et qui n’appartient pas à l’organisation africaine. C’est une mesure du degré de confiance dont nous jouissons actuellement.»  Sources ANI

 

 

 

 















GABONEWS APAnews