La Mauritanie s’apprête à élaborer un code contre le lait importé


saharamedia
Mardi 25 Mai 2010



Le gouvernement mauritanien va bientôt réglementer l’entrée sur son territoire de produits laitiers étrangers destinés aux enfants, a annoncé Dr Kane Mohamed du ministère e la Santé, lors d’une communication sur la « situation nutritionnelle en Mauritanie », présentée, ce mardi 25mai, devant des journalistes mauritaniens, réunis en atelier à Nouakchott. Ainsi, ce nouveau code  va restreindre  l’importation et la commercialisation du lait pour enfants (Nursie, Gigos…) est à un stade avancé de préparation. Cet arsenal juridique est  destiné à promouvoir l’allaitement maternel exclusif au sein et combattre les carences et autres méfaits résultant de l’utilisation prolongée du biberon chez les nourrissons.

L’OMS, l’UNICEF et encore l’Académie Américaine de Pédiatrie sont tous d’accord sur ce point : l’allaitement est essentiel pour l’enfant et sa mère. L’OMS recommande six mois d’allaitement exclusif, puis l’introduction progressive d’autres aliments. Mais l’aliment principal doit rester le lait maternel jusqu’à au moins un an, avec la poursuite de l’allaitement jusqu’à 2 ans et au-delà. La composition du lait maternel favorise les défenses immunitaires et l’activité cérébrale du nourrisson. Pourtant, l’allaitement est encore loin d’être encouragé dans la majorité des maternités françaises.

 

Importance de l'allaitement au sein

La mise en route et la poursuite de l'allaitement au sein doit être l'un des principaux objectifs des soins du post-partum. Le lait maternel est le meilleur aliment possible pour les nouveau-nés. Depuis l'aube de l'humanité il constitue le seul aliment des bébés, le lait animal n'étant utilisé qu'en urgence, en l'absence de lait maternel, et en général avec des conséquences désastreuses. Ce n'est que dans la deuxième moitié du vingtième siècle qu'ont été mis au point les laits maternisés, à partir de lait de vache, plus proches du lait de femme sur le plan de la quantité des éléments nutritifs, mais encore très différents de lui sur le plan de la qualité et d de tous les facteurs immunitaires. Les propriétés immunologiques du lait maternel sont exceptionnelles. L'immunoglobuline A (IgA) est très importante et sa concentration est particulièrement élevée dans le colostrum produit au cours des premiers jours. L'IgA agit probablement en empêchant les bactéries de se fixer sur les surfaces cellulaires épithéliales de l'intestin et des voies respiratoires supérieures. En dehors de ses qualités immunologiques, le lait maternel contient également des acides aminés essentiels et des acides gras poly-insaturés à chaîne longue, absents dans les laits d'origine animale et qui sont peut-être très importants pour le développement cérébral.

Mise au sein précoce

Il est recommandé de donner l'enfant à la mère juste après l'accouchement pour que s'établisse un contact cutané et que le bébé commence à téter dès qu'il est prêt, normalement dans la demi-heure ou l'heure qui suit la naissance. Le contact cutané et la mise au sein précoce sont associés à un comportement de la mère plus affectueux envers son enfant; les mères qui commencent rapidement l'allaitement ont moins de problèmes à le poursuivre. Quinze à 20 minutes de contact dans l'heure qui suit l'accouchement suffisent à apporter un bienfait. Il peut falloir 45 minutes à 2 heures avant que le bébé ne se mette à téter spontanément, mais le contact cutané peut se faire bien plus tôt. Un contact mère-enfant peu important après l'accouchement entraîne une interruption beaucoup plus fréquente de l'allaitement au bout d'1 à 3 mois. La mise au sein précoce peut également avoir une influence sur les contractions utérines et donc réduire les pertes sanguines dans le post-partum.

Position idéale pour l'allaitement au sein

Lorsqu'un bébé prend bien le sein de sa mère, le mamelon et le tissu qui l'entoure est saisi à pleine bouche lors de la succion. Une onde péristaltique passant sur la langue de l'enfant fait pression sur le mamelon et en extrait le lait. Si le bébé n'est pas correctement mis au sein, il n'arrive pas à bien téter et le mamelon risque d'être endommagé par la friction à force de rentrer dans sa bouche et d'en sortir. Les mamelons deviennent alors douloureux et engorgés, le bébé n'arrive pas à téter la ration qu'il lui faut et la mère est plus encline à interrompre l'allaitement.

Laisser l'enfant avec sa mère et l'allaiter à la demande

Beaucoup d'hôpitaux ont pris l'habitude de séparer les mères de leurs enfants et de mettre ces derniers dans une pouponnière, pour laisser les mères se reposer et pouvoir garder les bébés en observation. Cela ne présente aucun avantage et des flambées d'infection dans les pouponnières ont été associées à cette pratique. Laisser les bébés dans la chambre de leur mère voire dans son lit, dès la naissance permet de prévenir les infections et accroît les chances de succès de l'allaitement au sein, surtout lorsqu'on l'accompagne de conseils pour allaiter.

L'OMS recommande de pratiquer l'allaitement au sein exclusif pendant au moins 4 mois et si possible 6. Il faut allaiter à la demande, jour et nuit, au moins 8 fois par 24 heures. On observe souvent des interruptions de l'allaitement au sein dans les semaines qui suivent l'accouchement. Il y a diverses façons d'aider à la poursuite de l'allaitement au sein, notamment celles offertes par des groupes de soutien tels que La Leche League.

 















GABONEWS APAnews