La Mauritanie veut porter Fatimetou Mohamed Saleck au poste de Vice-Secrétaire Général de l’UIT


Saharamedias/Nouakchott
Lundi 26 Mai 2014


La Mauritanie est engagée dans une course de fond pour porter l’ancienne secrétaire d’Etat aux NTICs, Dr Fatimetou Mohamed Saleck au poste de Vice-secrétaire Général l’Union Internationale des Télécommunications (UIT.


La Mauritanie veut porter Fatimetou Mohamed Saleck au poste de Vice-Secrétaire Général de l’UIT
Avec le soutien du président de la République, Mohamed Ould Abdel Aziz, la candidature de Mint Mohamed Salek à cette instance internationale est parrainée par le ministère des Affaires étrangères et celui de la Fonction publique, de la formation professionnelle et des technologies de la l’information et de la communication qui doivent s’engager, dès à présent, dans un important lobbying, surtout que la candidate mauritanienne fait face à une rude concurrence, dont celle de la Grande Bretagne.
Une campagne qui a commencé, le 12 mai dernier à Genève (Suisse) où plus de trois cents diplomates, membres du Conseil et de la haute administration de l’Union Internationale des Télécommunications, ont pris part aux côtés du Secrétaire général de l’organisation, Hamidoun Touré, à la réception offerte par l’Ambassade de Mauritanie à Genève pour présenter la candidate du Gouvernement mauritanien aux délégués de haut niveau, venus du monde entier dans le cadre de la session 2014 du Conseil de l’UIT, pour débattre autour des politiques générales et des enjeux stratégiques concernant le futur de l’organisation.
Cette rencontre conviviale au rythme de la musique mauritanienne a été l’occasion de lancer officiellement la campagne en faveur de l’élection de la candidate de la Mauritanie à ce poste stratégique de l’organisation.
Au cours de cette réception-déjeuner, le Dr Fatimetou Mohamed Saleck a exprimé son ambition pour l’UIT et son engagement à œuvrer pour un avenir radieux du secteur des Télécommunications.
Dans son discours devant les invités, le Dr Saleck, a souligné que « faire partie de l’équipe de direction de l’UIT est à la fois un défi et un honneur. » Et de poursuivre « que ceci requiert un engagement total et une passion pour rendre les télécommunications/TICs accessibles à tous, et ce de façon durable. »
Avec la percée remarquable de la Mauritanie sur le plan internationale, au moment où elle préside l’Union africaine et où son président, Mohamed Ould Abdel Aziz, a réussi à arracher un cessez-le-feu aux belligérants dans la crise de Kidal, au nord Mali, la candidature du Dr Fatimetou Mohamed Saleck au poste de secrétaire général adjoint de l’UIT est loin d’être une gageure. Elle s’inscrit dans la lignée de ce que Nouakchott a entamée, depuis 2009, pour renforcer son ancrage diplomatique non seulement en Afrique et dans le monde arabe mais aussi sur le plan international. En cela, plusieurs observateurs pensent que le Dr Saleck  représente une candidature sérieuse qui a de réelles chances de succès.
A l’occasion de la rencontre avec le corps diplomatique à Nouakchott, le 20 mai dernier, le discours qu’elle a prononcé avait la même verve et le même engagement que celui de Genève. Sauf qu’elle le prononçait dans un contexte tout autre et chargé de symbolique : la Journée mondiale des télécommunications et de la Société de l’Information.  Une commémoration qui coïncide avec celle de la création de l’Union Internationale des Télécommunications (l’UIT) dont notre compatriote vise le poste de secrétaire général adjoint. En disposant d’atouts certains, pour avoir piloté, de longues années durant, les programmes de la Mauritanie dans la promotion des NTICS. Continuant à travailler avec l’UIT (avec laquelle elle a tissé des liens depuis l’an 2000), Mint Mohamed Saleck connait parfaitement les rouages de ce système mondial de gestion des NTICS au niveau planétaire. Ce qu’il faut maintenant pour que son rêve – et celui de la Mauritanie – se concrétise, en faisant partie du directoire d’une organisation des Nations Unies, ayant une mission aussi importante et aussi noble, demande un engagement totale de la part des deux ministères chargés de promouvoir cette candidature et de la soutenir fermement, auprès des pays membres de cette institution onusienne.
Mohamed Ould Brahim














GABONEWS APAnews