La TELE de Youssou N'Dour dans le paysage audiovisuel au Sénégal


saharamedia
Vendredi 3 Septembre 2010



La TELE Futurs Médias (TFM), proprieté du musicien et homme d'Affaires sénégalais  Youssou N'Dour, a commencé à émettre depuis le mercredi 1é septembre.

Cet organe  signe  ainsi son entrée dans le paysage audiovisuel du Sénégal, qui s'enrichit de l'arrivée d'un nouvel opérateur.

 


 

Pour un départ haut en couleurs, le  chanteur, véritable icône de la musique sénégalaise et africaine, a réuni au cours d'une cérémonie, en présence des membres de sa famille,  toute la crème de la classe politique du pays (pouvoir et opposition) ainsi que la société civile et  les mouvements citoyens.

Se cotoyaient pour la circonstance le premier Ministre en exercice , Souleymane N'Dene N'Diaye, quelques membres de son gouvernement,  l'ancien PM et devenu  opposant Maki Sall, l'ex  ministre des affaires étrangères, Cheikh Tidiane Gadio, désormais animateur d'un mouvement citoyen pour faire partir le président Abdoulaye Wade.

Dans un discours prononcé  à l'occasion de la cérémonie, le  PM du Sénégal a mis en exergue l'évolution du statut de Youssou N'Dour, l'enfant de la Médina, par une mutation de  musicien à investisseur.

Le lancement s'est déroulé  sur fond d'une  bonne ambiance, malgré de petites piques entre adeversaires politiques, notamment autour de la trés polémique  candidature du président Abdoulaye Wade en 2012.

Le démarrage de la télé du Roi du M'balax est l'épilogue d'une longue bataille pour avoir droit à une fréquence. Un combat soutenu par prés de 2 millions de sénégalais, démocrates, défenseurs des droits de l'homme et fans sans couleur politique, qui ont signé une petition pour soutenir l'homme classé par un magazine américain  parmi les 100 personnalités qui comptent au monde.

Avant le début des émissions de la nouvelle télévision, Youssou N'Dour était dejà  propriétaire d'un groupe de presse composé d'une radio (RFM) et d'un quotidien "l'Observateur".

La naissance d'une télévision privée en Afrique, puissant outil de communication, est toujours à saluer comme un facteur de raffermissement de la démocratie par une plus grande  diversification du paysage audiovisuel , selon les spécialistes de la question.















GABONEWS APAnews