La culture in vitro du palmier peut créer 40.000 emplois de jeunes/an si…..


Saharamédias/Nouakchott
Mercredi 9 Avril 2014


Ce billet est une réponse à une visite critique du Laboratoire de culture in vitro du palmier d’Atar, réalisée sur invitation du Direction National de l’Agriculture :


La culture in vitro du palmier peut créer 40.000 emplois de jeunes/an si…..
Le laboratoire est créé depuis prés de 20 ans  pour engager un programme de multiplication cellulaire de palmiers dattiers résistants au fusarium oxysporum  alb. (Bayoud) : SIDA du palmier maghrébin  qui a déjà détruit au Maroc  et  Algérie  14 millions de palmiers, n’a à ce jour produit aucun palmier résistant au Bayoud .
Le Bayoud risque à tout moment de détruire les 2 millions de palmiers recensés en Mauritanie, sans cri d’alarme,.
Nous savons déjà que les différents financements extérieurs et de l’Etat se sont succédés pour être régulièrement détournés par l’alliance de la technocratie et de l’Administration, incompétente ou vicieuse, je ne sais la qualifier exactement. Cela au grand dam de notre cousin germain le palmier dattier, pivot de l’écosystème oasien dont la disparition prévisible équivaut à la disparition de notre civilisation oasienne ancestrale. Le nouveau programme de recherche appliqué qu’il prétend avoir engagé depuis quelques mois  sort, à mon avis,  totalement de la trajectoire de protection du palmier contre le Bayoud et donc des objectifs pour lesquels , le laboratoire a été créé.
 Plus d’une fois, j’ai dénoncé cette situation et faisant appels à l’intervention des différents Présidents de la République pour redresser cette situation dramatique.
Pour la première fois ce samedi 5 Avril 2014, à Atar, le Directeur National de l’Agriculture et le Coordinateur National du PDDO m’ont invité à rendre visite au labo d’Atar pour écouter sereinement mes critiques de leurs programmes en cours, biotechnologique de lutte contre le fusarium Ox. Alb. et biologique de lutte contre le parlatoriat blanchardi par multiplication du Chilochorus bipustilatus var. iranansus.
Ma critique du programme engagé par le labo  du Bayoud :
Après donc un ensemble vide d’activités durant 20 ans, je viens de découvrir que depuis quelques mois un programme dit ‘’de multiplication  de variétés de dattiers sélectionnées économiquement ou menacées de disparition’’ est engagé.
Ce programme théoriquement nécessaire en soit pour cause de la disparition dans ces dernières années de plus de 200 cultivars de notre ressource phytogénétique est encore prématuré et constitue un détournement dangereux des objectifs pour lequel le Laboratoire  a été créé.
 La multiplication de ces variétés sans inoculation préalable nécessaire à la confirmation ou non  de leurs résistance au Bayoud est une aventure pernicieuse qui peut coûter cher à l’Etat et ne peut profiter qu’au Laboratoire de mes amis de  Degach (Tunisie)  qui vont vendre leur savoir faire…. Pernicieux, car dés l’attaque du Bayoud tous les palmiers multipliés au labo, à grands frais  se verront détruits en un laps de temps.
Le PDDO (maître d’ouvrage du Programme engagé) s’est défendu en déclarant que le Bayoud  n’est pas encore en Mauritanie. Il ne semble pas savoir que quand il commence à détruire en masse, il sera trop tard..Il n’y a d’autres moyens de lutte par micro propagation préventive de variétés résistantes. Quant à la multiplication de bonnes variétés menacées de disparition engagées par le PDDO ne doit être que si elles ont passé par l’inoculation pour constituer un volet, sans risque,  de la multiplication in vitro du palmier.
Dans le Réseau MondiaL du Palmier, que j’ai intégré en 1998 à Elche (Espagne), et que j’ai invité en 1998 à Atar dans le Séminaire international du Palmier organisé par notre ONG SOS Palmiers, on reconnait que le Dr Hassen Sedra (actuel expert de la FAO), est la sommité de la recherche sur le Bayoud). Celui-ci a bien confirmé la présence du Bayoud  sur des échantillons qu’il a prélevés à ATAR, Tenlebba, Maaden et Tidjikja…) dans ses laboratoires.
C’est ce que confirment les photos que j’ai prises en 1998 à Maaden El Ervane  qu’on peut consulter sur mon site www.cerveaux-oasis.mr (en cliquant sur la rubrique web PPDOM  puis sur Galerie de photos) : Les symptômes externes connus de la fusariose vasculaire du palmier étant le desséchement de la moitié des palmes dans un sens vertical de la couronne centrale avant le dépérissement total  par blanchiment de toutes les branches du palmier.
 La Tunisie assure une protection sanitaire rigoureuse et efficace de ses palmeraies car sa douane brûle au feu à la frontalière tout produit ou sous produit (même les dattes) du palmier en provenance des zones infestées (Algérie et Maroc). Ce qui n’est pas le cas de la Mauritanie où il n’est réalisé ni envisagé, à ce jour la moindre lutte prophylactique ou génétique…
Je vous épargne les détails de ma critique du labo de lutte biologique visité de lutte contre la cochenille blanche, cet autre déprédateur du palmier. J’en ferai une note technique à l’adresse du Ministère du Développement Rural en proposant un protocole de multiplication de dizaines de milliers de coccinelles à faibles coûts, au lieu et place de leur actuel programme, qui, à mon avis, ne peut produire que quelques centaines de coccinelles par an à un coût prohibitif.
 En conclusion, je suggère au Président de la République de se faire sien la protection et le développement des palmeraies de Mauritanie.
en lançant un Programme de multiplication intensive 1000.000 de vitro plants/an, pour créer à partir de 2015 de 10.000 à 40.000 emplois/an, selon que la surface à attribuer aux jeunes est d’un ou ¼ d’ha.
Le succès du programme proposé, est à mon avis, conditionné par le détachement du Labo d’Atar (ou création d’un nouveau Labo à Nouakchott) à la Présidence et d’accepter l’offre gratuite d’une consultation préliminaire de l’ONG SOS Palmiers jusqu’à prise en charge dés juillet par une assistance technique du Programme, constituée des sommités scientifiques mondiales de la biotechnologie du palmier.
Un Projet analogue a été récemment proposé dans l’atelier agriculture de la Rencontre des Jeunes par un jeune ingénieur, Docteur phd spécialisé en biotechnologie du palmier et porte-parole de son groupe…
 Nouakchott le 8 Avril 2014 à 10 h
Cheikhany Ould Sidina
Maire de Maaden El Ervane














GABONEWS APAnews