La grâce présidentielle en faveur de 200 détenus à la une


saharamedia
Vendredi 17 Septembre 2010



Les organes de presse parus cette semaine en Mauritanie ont consacré de larges commentaires au décret présidentiel portant grâce en faveur de 2 centaines,  de désormais ex détenus,  parmi lesquels 35 islamistes « repentis » et 40 étrangers, à l’occasion de la célébration de l’Aid El Fitr, marquant la fin du mois de Ramadan.

Le quotidien « l’Authentique » dans son édition du mercredi 15 septembre annonce la nouvelle sous la manchette « Grâce présidentielle : plus de cent (100) prisonniers libérés ».

Commentant la mesure, le journal  fait recours à la célèbre formule « d’une pierre 2 coups ! En graciant 166 prisonniers de droit commun, le président Mohamed Ould Abdel Aziz renforce son image de champion au cœur d’or et allège en même temps une prison qui craque sous le poids d’une surpopulation carcérale ».

Pour sa part, l’hebdomadaire « Le Calame » du mardi 14 septembre insiste sur  l’aspect concernant le cas  des 35 salafistes,   sous le titre «Grâce présidentielle pour les islamistes non tâchés de sang : une voie de sagesse ? »

Par cette démarche, l’hebdomadaire insiste sur   le fait que « des islamistes extrémistes » présentés comme «  des durs à cuir aient été laissés rade ». Ce qui confère à la décision présidentielle un caractère « de discernement ».

D’où le constat qu’entre « le bâton de la détention et la carotte de l’amnistie, le pouvoir en Mauritanie tente de trouver la bonne voie  dans la résolution de la question du terrorisme à visage islamiste ».

L’hebdomadaire « La Tribune » du lundi présente le décret de grâce présidentielle comme l’aboutissement du dialogue entre autorités (à travers les ulémas) et les jeunes détenus, engagé en janvier dernier.

Le « Quotidien de Nouakchott » annonce également la même nouvelle  sous le titre « 166 détenus de droit commun graciés par le président de la République, Mohamed ould Abdel Aziz, à l’occasion de l’Aid Al Fitr, conformément aux dispositions de l’article 37 de la constitution » précisant au passage que parmi les détenus, on dénombre 40 étrangers ayant purgé les 2/3 de leur peine.















GABONEWS APAnews