La guerre du leadership divise AQMI : Moctar Belmoctar crée une nouvelle « qatiba » et un nouvel émirat


Sahara Médias - nord Mali
Jeudi 6 Décembre 2012



La guerre du leadership divise AQMI : Moctar Belmoctar crée une nouvelle « qatiba » et un nouvel émirat
Moctar Belmoctar alias Khaled Abu El Abass crée la nouvelle « qatiba » (bataillon » des « signataires avec le sang » et choisit de s’éloigner d’Al Qaeda avec sa célèbre « qatiba des enturbannés ». Il est même allé plus loin en créant un nouvel émirat dans la ville de Gao devenu le refuge de tous les dissidents d’Al Qaeda. Alors depuis quand a début la révolte de celui qui était considéré jusque tout récemment encore comme l’homme fort de l’organisation ?
En 2007, la direction d’Al Qaeda basée en Algérie envoie Abu Amar avec le  titre d’émir de la zone du Sahara, décision qui ne plait pas à Moctar Belmoctar, chef du bataillon des « enturbannés » composés de combattants qui comptent parmi les fondateurs de l’Organisation et dont certains sont devenus par la suite des émirs d’autres Qatibas.Belmoctar a rejeté la nomination d’Abu Amar mais a dû faire face à l’opposition de ses compagnons dans la qatiba, qui ont réussi à lui faire accepter un commandement formel d’Abu Amar, et sans qu’il se sente tenu de respecter les ordres et instructions du nouvel émir. Il a continué ainsi à agir dans le cadre de l’Organisation mais se fiant uniquement à son intuition et à ce qu’il considère comme juste, chose qui sera plus tard à l’origine de sa mise à l’écart du commandement de la « qatiba des enturbannés ».
Ses relations avec Al qaeda sont pourtant restées calmes jusqu’au jour où l’organisation a désigné à sa place Nabil Makhlouvi (Abu Alqama), ce qui a fait resurgir les dissensions, malgré que ce soit lui qui a proposé le nom de Nabil Makhlouvi. Belmoctar a refusé alors de travailler dans le nouveau cadre qui comprend les 4 « qatibas » : Les enturbannés, Tarek Ben Zayad, Alvourghan, Al Ançar.
Des milieux à l’intérieur d’Al Qaeda au Maghreb Islamique (AQMI) ont révélé que cette dernière a fourni d’énormes efforts pour faire revenir Moctar Belmoctar à la discipline mais ses agissements répétés en dehors des instructions de l’Organisation ont poussé l’émir d’AQMI, Abu Mous’ab Abdelwedoud (Droudkal) à l’écarter du commandement de la « qatiba des enturbannés ». Décision prise il y a quelques mois, mais la mort d’Abu Nabil, dans un accident de voiture, l’a différé jusqu’’à la nomination de Yahya Abu Al Hamam à la place d’Abu Al qama.
La réaction de Moctar Belmoctar a été rapide et s’est traduite par le rejet d’une telle décision. Alors que le conseil de la choura au sein de la « qatiba » l’appuyait, des combattants ont décidé de respecter la décision de l’Organisation et ont même décidé de quitter pour d’autres « qatibas ». Un grand nombre de combattants qui avait confiance en Belmoctar ont décidé de rester avec lui. Plus tard, il a envoyé une lettre à l’émir d’AQMI  pour lui signifier que rien ne les lie désormais , commençant à jeter les bases d’un nouvel émirat dans la ville de Gao, nord Mali, et  instaurer un nouveau conseil de la choura en concertation avec le Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO).
Le nouvel émirat à Gao est devenu ainsi le centre de convergence de tous les chefs qui ont décidé, comme Moctar Belmoctar, de se libérer de la tutelle d’Al Qaeda. C’est le cas notamment de Khaled Essahraoui, Hamada Ould Ahmed Khairou et de tant d’autres.














GABONEWS APAnews