La pauvreté n’a pas été combattue pour autant


saharamedia
Mercredi 21 Juillet 2010



La pauvreté n’a pas été combattue pour autant

Prévu à l’origine pour lutter contre la pauvreté, le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) n’a abouti finalement qu’à un désastre  qui a englouti des dizaines de milliards sans impact réel sur les populations pour lesquelles il a été crée et ce  au bout d’une décennie. Au contraire il n’a servi qu’à engraisser les commissaires bedonnants  qui se sont succédés sur ce projet juteux et qui l’ont pillé systématiquement et mis à leur profit et au profit de centaines d’autres cadres  véreux, peu soucieux de la chose publique et du destin des populations déshéritées. Demandons-nous et constatons si la mise en œuvre de ce programme gigantesque a modifié d’un iota l’existence des pauvres, des milliers de chômeurs laissés pour compte, ainsi que plus de 30.000 cadres supérieurs dont une grande tranche a dépassé aujourd’hui l’âge d’intégrer un travail rémunérateur.  Où en sont donc les grands  projets exécutés ?

 

Vous constatez aisément qu’après tant de bruits, il n’en reste pas grand-chose. Pourtant le Commissariat aux Droits de l’Homme, est un département tentaculaire  chiffré à  5.033.000.000 UM  (Source site E-MAURITANIE.NET (Nouakchott, 03 août 2004(E-Mauritanie) reparti en  multiples projets alléchants, aux libellés aussi évocateurs que chimériques .L’ironie du sort a voulu que des cadres dont la mission était de venir en aide aux pauvres n’ont de réelle  intention que de s’enrichir par le biais de fonds alloués à la lutte contre la pauvreté et provenant de notre « admission » aux PPTE ! Malheureusement ces ressources sont dilapidées et le peuple, constamment abasourdi par de discours fallacieux  et ensorcelé  par des visites ostentatoires reste sur sa fin au sens propre.

Le gaspillage, le pillage, les bradages des projets, les recrutements à grande échelle et sans intérêt pour les objectifs du projet sont devenus une réalité constante qui n’inquiète pas les fauteurs et dont comble du paradoxe, personne ne se plaint, comme si ce peuple noble et généreux s’en remet à dieu pour punir ces prévaricateurs de fortune qui se comportent pourtant comme les plus imbus de l’amour de leur patrie, slogans politiques, patriotiques engagés et rhétorique religieuse à l’appui. Derrière ce libellé généreux  se cache une léthargie, une routine et une réelle pauvreté de perception des réalités nationales, de stratégies pertinentes d’une politique cohérente à même d’impulser le développement intégré durable .Comment  pouvait il en être autrement si l’on sait que Koulou inayine bima fihi yarchahou

Derrière des slogans creux se cache une panoplie de stratagèmes qui ont un seul but : le lucre et son cortège tristement célèbre : népotisme, clientélisme, opportunisme…

Pourrait on dés lors amorcer une politique de développement qui endigue la pauvreté  par le pillage des ressources acquises par la main tendue ? Profil éhonté qu’est celui de prétendus responsables qui s’embellissent des sueurs des pauvres. Sous d’autres cieux leur sort est connu

L’échec est du, outre l’irréalisme de la perception au départ, à la négligence des priorités des populations pour lesquelles on concocte des recettes dont elles ne veulent pas, l’irrationnel qui découle des couper coller, du sabordage des financements, mais surtout  la négligence des ONG Nationales que

le CSLP  initial avait mis en exergue et qui ont été finalement complètement ignorées tout au long de ce triste processus d’appauvrissement.

L’échec du CSLP, l’ancêtre du CDHLPI est de n’avoir pas pris en compte les recommandations des ONG nationales. Du règne du Commissariat actuel  les choses empirent et les ONG sont constamment critiquées par le  Commissariat chargé des Droits de l’Homme à l’Action humanitaire  et aux relations avec la Société Civile.

D’ailleurs pour le Commissaire les ONG nationales ne représentent absolument rien et il garde en face d’eux un rideau de fer symbole de hauteur, pardon, il y a quand même des ONG amies qui ont un privilège, sur intervention particulière.

En tant qu’ONG nationale opérant sur le terrain, avec une visibilité sur le site :

Web : www.afe.mr ,nous prions les décideurs de voir de près cette situation défavorable aux synergies du développement pour créer un cadre  favorable à l’ensemble des ONG nationales qui oeuvrent dans des actions humanitaires diversifiées et parfois dans des zones éloignées et enclavées,pour le compte des populations les plus vulnérables

Source info  ONG AFE  Journal Chemsiyatt

Boumouzouna

 















GABONEWS APAnews