La stratégie d’abord avant de mettre la main à la poche


Saharamédias - Agences
Dimanche 29 Octobre 2017



La stratégie d’abord avant de mettre la main à la poche
L’ambassadrice des Etats Unis et le chef d’état major des forces américaines en Afrique ont déclaré que les USA avaient besoin de prendre connaissance de la stratégie qui sera celle des forces communes des pays du Sahel avant d’examiner son financement.

Les deux responsables américains ont rappelé que leur pays avait émis des réserves sur le financement de cette force que doivent constituer les 5 pays du Sahel, le Mali, le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie et le Tchad.

Les Etats unis contribuent actuellement pour plus du quart du budget des nations unies pour les missions de maintien de la paix dans le monde qui est de 7,3 milliards de dollars.

L’ambassadrice américaine a dit que les Etats Unis veulent d’abord savoir la stratégie qui sera adoptée et les moyens nécessaires avant de prendre un engagement auprès des nations unies.

La recrudescence des opérations des groupes armés liés à Al Qaida et à l’état islamique dans la région du Sahel inquiète certains pays européens et particulièrement la France qui déploient des milliers de soldats dans la région pour les combattre.

La participation des USA à cette force est devenue d’actualité depuis que quatre soldats américains avaient été tués dans une embuscade au Niger le 4 octobre courant.

Le chef d’état major des forces américaines en Afrique a déclaré que les multiples défis qui se posent aux pays africains, la radicalisation de la jeunesse, la pauvreté et l’absence de gouvernance ouvrent la voie à l’action sur de grands espaces de groupes extrémistes violents comme l’état islamique et Al Qaida.

Le responsable militaire a fait cette déclaration à quelques journalistes qui accompagnaient l’ambassadrice américaine aux nations unies dans sa première tournée dans trois pays africains, l’Ethiopie, le Sud Soudan et la république démocratique du Congo.

Les Etats Unis ont soutenu en juin dernier une résolution du conseil de sécurité des nations unies  présentée par la France appuyant la force militaires du G5, mais ils se sont opposés à un mandat onusien à cette force.

Le conseil de sécurité des nations unies devra examiner ce lundi la question de cette force.

Le chef d’état major des forces américaines en Afrique a révélé que son pays accordait un budget de 51 millions de dollars pour les programmes  de défense des 5 pays du sahel dans un cadre bilatéral.

La ministre française de la défense avait déclaré que les Etats Unis devaient renforcer leur appui à la force commune du G5 de crainte que celle-ci échoue dans sa mission et que les forces françaises dans la région soient contraintes de supporter le poids de la mission.

Dans un rapport présenté ce mois d’octobre au conseil de sécurité, le secrétaire général des nations unies Antonio Gutterres a estimé à 490 millions de dollars les besoins de cette force, dont seulement 25% seulement ont déjà été obtenus.
 
 
 
             














GABONEWS APAnews