La visite des Ministres sur le programme d’urgence est clôturée en Inchiri


saharamedia
Vendredi 4 Février 2011



Le Ministre de l'Intérieur et de la Décentralisation, M. Mohamed Ould Boilil, et le Ministre du développement rural, M. Brahim Ould M'bareck Ould Mohamed El Moctar, ont effectué une visite à Akjoujt, capitale de la Wilaya de l’Inchiri le 1er février 2011 , dans le cadre du secours d’urgence. Dans le double but de lutter contre les effets de la pauvreté et la stabilisation des prix des denrées de première nécessité.

Les deux Ministres ont tour à tour mis l’accent ,dans leur discours respectifs, sur l’importance de cette politique initiée et recommandée par Monsieur MOHAMED Ould Abdel Aziz, président de la République et qui a pour but principal de stabiliser le marché des denrées de base que sont essentiellement le riz, le sucre ,l’huile et le blé. Ils ont tous deux insisté, comme M. le Wali et M. le Maire, sur le fait que cette politique s’inscrit dans le cadre d’une approche sociale sans précédent ,puisqu’elle met les populations, surtout les plus déshéritées, au centre des préoccupations des plus hautes autorités, par cette visite de haut niveau, qui vient non seulement vulgariser et expliquer les différentes facettes de cette initiative heureuse, mais aussi pour s’enquérir des propositions , suggestions et préoccupations des populations directement, avec transparence, franchise et engagement ,pour traduire, autant que possible, leurs doléances dans les faits.

Naturellement, ont-ils affirmé, la Mauritanie ne maitrise pas les fluctuations du marché mondial et le renchérissement croissant lié à la crise vécue à l’échelle mondiale. Néanmoins les autorités par la voix des Ministres en présence, épaulés en cela au niveau de la Wilaya de l’Inchiri par Monsieur le Maire et M. le Wali, ainsi que par M. le Hakem de la Moughataa, ont mis l’accent de la vitalité de ce programma ambitieux qui a couté quelques milliards d’ouguiya soustraits au budget de l’Etat chose jamais faite au profit des populations vulnérables et de nature à stabiliser des prix jamais contrôlés auparavant et qui durera cinq mois passible de prolongation si besoin s’en fera sentir.

De ce fait les populations accèdent et dans une totale transparence et équité à ces dentées, ce qui permettra une amélioration sensible des conditions de vie de ces populations en majorité vivant en milieu enclavé et qui n’accédaient à ces produits qu’a des prix faramineux, si elles pouvaient le faire.

Les propos des deux Ministres et la délégation qui les accompagne symbolisaient l’ouverture et la participation car ces responsables ont consacré tout le temps nécessaire à tous les intervenants et qui représentaient réellement les populations cibles pour connaitre leurs observations, leurs suggestions, remarques et doléances sur les questions directement liées au programmes ainsi que sur tous les problèmes vécus et exposés par les porte parole des populations.

C’est ainsi que les populations ont soulevé le problème de l’eau et d’électricité pour dire que la ville devrait profiter de la gratuité de l’eau et de l’électricité puisqu’elles sont fournies par la Société MCM et on ne voit pas pourquoi, d’après les populations, la SNDE continue à la facturer et au plus fort. Et d’après elles cette question doit être revue très rapidement, ajoutant que la coopérative agricole est redevable de deux millions d’arriérés, qu’elle ne peut régler, étant donné son incapacité financière dans de telles conditions de pauvreté extrême.

En outre la question du forage doit être revue rapidement et la question relative à la pérennité de l’eau en cas des cessation des activités de la MCM a été soulevée en raison de l’importance de l’eau dans une région saharienne comme l’Inchiri et qui a une population importante en constante augmentation, vivant essentiellement de l’élevage et de l’agriculture et ce dans des domaines dits grara qui n ‘ont pas bénéficié de protection depuis un demi siècle et qui ne sont plus exploitées en conséquence. Dans ce contexte il est urgent de réhabiliter le forage détruit et de clôturer les grara connues comme domaine agricole. Ce programme a été appliqué au niveau du pays sauf la Wilaya de l’Inchiri.

Un problème connexe celui de la protection des périmètres agricoles existants et nécessitant grillage en quantité et qualité suffisante, la distribution faite n’est pas adéquate et le produit est mis en vente au marché local, sans incidence positive sur l’amélioration de la production elle-même.

Au plan de la santé les populations ont soulevé les problèmes liés à la santé et surtout l’hôpital d’Akjoujt, réfectionné par la MCM, inauguré le 28 novembre dernier et fermé immédiatement. Mais qui manque de matériel et d’équipements médicaux comme les radios et surtout le bloc opératoire et laboratoire. En principe ces équipements devaient être fournis par la MCM mais ils ne le sont pas jusqu’ici.

Par ailleurs il devrait avoir un protocole entre le Ministère de la santé et la MCM relatif à l’exploitation de l’hôpital d’Akjoujt, La question du personnel spécialisé, qui devait être mis en place par le Département de la santé a été soulevée avec acuité surtout dans une ville minière qui exploite l’or et ou la santé en milieu très sensible pose bien de questions

 

D’ailleurs les infrastructures administratives sont désuètes et la ville n’a pas de plan d’urbanisme moderne et adéquat et cette situation devrait être prise en compte pour constituer l’une de préoccupations des autorités centrales et régionales pour donner à la ville le visage moderne qui lui sied en tant que capitale régionale au centre d’une exploitation aurifère des plus importantes au monde.

Les représentants des cibles ont émis le vœu de l’augmentation du nombre des boutiques témoins tant au niveau d’Akjoujt, qu’au niveau des zones rurales relativement peuplées.

Le problème de l’habitat a été soulevé puisque 400 familles occupent depuis 30 ans des logements appartenant maintenant à la MCM et il faudra trouver une solution à ce problème social épineux pour ne pas les mettre dans la rue.

En définitive les ministres, ont donné l’image d’une administration responsable et proche des pauvres et des populations, renforçant auprès d’eux la crédibilité de l’Etat et des Autorités. Ils ont pris note de toutes les doléances et tiendront compte de cela pour trouver des réponses judicieuses

Les cibles, de ce fait, ont exprimé leurs attentes de façon responsable et leur satisfaction quant à la fiabilité du programma d’urgence alimentaire autant que de leurs attentes motivées par cette ouverture sans précédent.

Notons que le débat qui a duré plus de dix heures de temps et a survolé tous les aspects de ce projet crucial et a englobé toutes les questions relatives aux conditions socio sanitaires et économiques des populations de l’Inchiri à la satisfaction des cibles et des hôtes.

Source Journal Chemsiyatt                                              BOUMOUZOUNA















GABONEWS APAnews