Le Dg de Sonatel brise enfin le silence sur la grève de ses agents


saharamedia
Mardi 10 Août 2010



Le Dg de Sonatel brise enfin le silence sur la grève de ses agents

Dans un entretien accordé à un journal économique sénégalais, Reussir, le directeur général de Sonatel, qui sortait d'une audition du sénat sur l'attribution des licences de télécommunications, a indiqué que la grève de ses agents, jeudi dernier et ses conséquences, sont une "catastrophe". "Ce qui s’est passé, c’est une catastrophe. Ce qui s’est passé entre jeudi et vendredi, c’est quelque chose d’inadmissible et j’en profite pour présenter tous nos regrets à nos clients pour les désagréments qu’ils ont subi.

Il se trouve que le personnel de la société est aujourd’hui désemparé, il est très inquiet et il a commis l’erreur de ne pas relever les dérangements. Il a été inadmissible de croiser les bras et de laisser les dérangements se propager progressivement et de ne pas les relever", a indiqué Cheikh Tidiane Mbaye.

Ce dernier d'après des sources de politicosn.com, est rentré de voyage d'urgence pour prendre la situation en main. D'ailleurs, il explique :i[ "Quand je suis rentré, j’ai tenu une réunion avec les syndicats. Et à chaque chose, malheur est bon. Les syndicats ont pris l’engagement dorénavant, quels que soient les mouvements sociaux qui pourraient avoir dans le futur que les techniciens chargés de la supervision ou qui occupent des positions stratégiques, ne croiseront jamais les bras. Ils feront toujours leur travail de manière à ce qu’à tout instant la continuité du service puisse être assurée. C’est une situation qui ne se reproduira plus. c’est l’engagement formel qui a été pris par les syndicats.]"

Dans l'affaire, Global Voice, il indique n'avoir pas grand chose à dire et il tempère : "Dans l’affaire Global Voice, je ne dirais pas grand-chose. C’est pour dire que le traitement de cette affaire est en cours. Je suis convaincu que nous avons tous les mêmes objectifs, nous sommes tous amoureux de notre pays, nous voulons tous un Sénégal émergent. Nous considérons que les infrastructures, notamment les équipements de télécoms font partie des conditions d’émergence de notre pays. Nous sommes tous fiers de cette société et donc nous trouverons des solutions. J’en suis convaincu, grâce à des entretiens comme ça une solution sortira dans l’intérêt de notre pays."



 















GABONEWS APAnews