Le Mali bientôt producteur d'uranium et de bauxite


saharamedia
Mercredi 5 Mai 2010



Le Mali bientôt producteur d'uranium et de bauxite

L'uranium et la bauxite vont bientôt jouer les premiers rôles dans l'exploitation minière au Mali, aux cotés de l'or, selon un document publié par la Direction nationale des Mines et de la Géologie du Mali. Ce document signale l'existence d'un grand potentiel d'uranium et de bauxite dans la commune rurale de Faléa (région de Kayes) située à l'ouest du Mali. La production annuelle d'uranium dans cette localité est estimée à 5 000 tonnes dans une vallée de 150 km2, près de la frontière du pays avec le Sénégal et la Guinée- Conakry.

La Société canadienne Delta exploration Inc. (par la suite intégrée à Rockgate Capital Corp) a obtenu depuis 2007 un permis d' exploration et d'exploitation des ressources de la commune de Faléa. L'activité d'exploration dans la zone concernée devrait durer jusqu'à la fin de cette année. Elle aura lieu en même temps que l'étude d'impact environnemental. Pour ce qui est de la bauxite, les travaux de la société Camec (Central African Mining & Exploration Co, Royaume Uni) ont mis en évidence une réserve évaluée à plus de 420 millions de tonnes, toujours dans la commune de Faléa.

La société Camec envisage ainsi la construction d'une usine qui produirait annuellement 3 millions de tonnes d'alumine (un dérivé de la bauxite) à partir 2015. Ce qui ferait du Mali le premier exportateur d'alumine en Afrique de l'ouest devant la Guinée-Conakry qui produit environ 750 000 tonnes par an. Pour l'approvisionnement de l'usine en électricité, la société britannique projette aussi de construire une centrale électrique de 80 mégawatts (MG).

Les investissements nécessaires s' élèveraient à environ 3,5 milliards de dollars US. La société, selon la DNGM, explique son engouement pour les mines de cette zone par le fait que, en plus d'un sous-sol extrêmement riche, «le Mali offre un environnement propice pour les investisseurs étrangers». Mais, déjà, les populations de Faléa s'organisent pour que leur cadre de vie ne soit pas affecté par l’exploitation des minerais dont regorge leur localité. Un combat qu' elles comptent mener au sein de l'Association des ressortissants et amis de la commune de Faléa (ARACF) qui a vu le jour depuis le 28 avril 2008. La première activité envisagée par cette association apolitique est la réalisation d'une cartographie initiale du niveau de rayonnement gamma à la surface du sol avant l’exploitation des minerais afin d'en mésuser les pollutions potentielles. La ville de Genève (Suisse) a décidé de contribuer à cette action en la parrainant. Elle a déjà fait un don de 25 000 euros à l'ARACF pour couvrir les frais de formation et l'achat d' équipements appropriés.

Publié le 2010-05-04 08:59:33 | French. News. Cn

 















GABONEWS APAnews