Le Maroc prépare un plan de « riposte » contre Ebola


Saharamedias+Agences
Jeudi 4 Septembre 2014


Le Maroc a mis en place un dispositif de « riposte » contre toute éventualité d’arrivée sur son territoire du virus Ebola qui a déjà fait plus de 1.900 morts sur près de 3500 cas signalés.


Le Maroc prépare un plan de « riposte » contre Ebola
Ce plan de préparation de riposte au virus Ebola est mis en place par le ministère de la Santé avec la participation de la Gendarmerie Royale, de l’Office des aéroports, l’Office des ports, les services de contrôle des frontières et la Royal Air Maroc, a indiqué Abderrahmane Maâroufi, responsable de la Direction de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies au ministère de la Santé. Ce plan s’articule autour de deux mesures dont la première consiste à éviter l’introduction de cette maladie et la deuxième à détecter et analyser les risques, a expliqué M. Maâroufi dans un entretien au quotidien L’Opinion publié mercredi. Concernant les risques d’introduction d’Ebola dans le pays que peuvent entraîner les vols aériens, il a souligné la nécessité de contrôler la voie aérienne des pays de l’Afrique de l’Ouest. Il a été procédé, à cet effet, à la mise en place, en collaboration avec la compagnie RAM, d’un plan consistant à garder le même équipage qui travaille sur ces destinations. Cet équipage, a-t-il dit, ne participera pas au système de rotation et tous ses membres ont reçu des informations pour être vigilants et doivent déclarer toute personne suspecte. Le RAM est en effet une des rares compagnies aériennes à maintenir ses dessertes dans les pays africains touchés par le virus Ebola. Cette décision a été justifiée par une « démarche de solidarité et l’engagement du Maroc vis-à-vis des pays africains touchés ». Toujours dans cette même optique, le Maroc a accepté d’abriter le 5 septembre courant à Casablanca, le match opposant la Guinée au Togo comptant pour les éliminatoires de la CAN 2015. Le ministère de la Santé a également mis en place des mesures de contrôle dans les ports qui reçoivent des bateaux de marchandises en provenance de l’Afrique de l’Ouest et au niveau des entrées des frontières, a ajouté M. Maâroufi.














GABONEWS APAnews