Le PM mauritanien se rend à Bruxelles pour rencontrer les donateurs


saharamedia
Dimanche 20 Juin 2010



Le premier Ministre mauritanien, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, a quitté Nouakchott dimanche matin  pour Bruxelles.

Dans la capitale de l’Europe, il  conduit  la délégation gouvernementale devant prendre part à la table ronde des bailleurs de fonds et partenaires au développement sur la Mauritanie qui tient ses assises les 22 et 23 juin prochain.

Ce rendez est considéré comme « très important » pour le développement et la croissance dans le pays au cours des prochaines années.

 

En se présentant  devant  des partenaires au développement et bailleurs de fonds, le gouvernement mauritanien a préparé  un Programme d’Investissement Public (PIP) de 4,22 milliards de Dollars US, consigné dans un porte feuille de 187 projets, pour les 5 prochaines années.

 

Sur cette enveloppe globale, l’état  a acquis 34% (pour la réalisation de 84 projets), selon un document officiel de la rencontre  lu dimanche  par Sahara Médias.

Les 66% restants,  nécessaires à l’exécution  de 103 projets doivent être  trouvés  chez les partenaires à l’occasion de la table ronde.

La Mauritanie passera également un « examen » sur une série d’engagements relatifs à la bonne gouvernance pris lors d’une table ronde précédente  organisée à Paris en décembre 2007.

Une journée sera également consacrée à la présentation et à la  promotion des opportunités pour l’investissement privé étranger dans le pays.

Au cours de ces assises, le gouvernement mauritanien développera des arguments politiques et sécuritaires pour s’assurer la confiance des bailleurs : le retour à l’ordre constitutionnel le 18 juillet 2009,  après le coup d’état du 6 août 2008. Et, l’importance de la stabilité et du développement de la Mauritanie dans un espace sahélo saharien en proie au terrorisme islamiste animé par le mouvement Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI).

Le contexte de  table ronde de Bruxelles déteint sur les rapports entre le pouvoir et l’opposition qui ont repris leur « guerre » par médias interposés depuis quelques jours.

 















GABONEWS APAnews