Le Sommet Afro arabe à la une


saharamedia
Vendredi 15 Octobre 2010



Le Sommet Afro arabe  à la une

Les journaux parus en Mauritanie cette semaine ont consacré le gros de leurs analyses et commentaires au deuxième sommet afro arabe tenu en début de semaine dans la ville libyenne de Syrte (sur la Méditerranée).

La une de l’édition du lundi du  « Quotidien de Nouakchott » annonce la tenue « du sommet arabo africain de Syrte » et se demandent si les pays des 2 ensembles « veulent rattraper le temps perdu ? ».

Sur la substance des questions à l’ordre du jour,   Le même organe

 

note que « les sujets  de friction ne manquent pas »  et signale  que « l’objectif principal » de la rencontre « est le renforcement des relations de coopération à travers notamment la promotion des investissements,  du commerce  en exploitant au mieux leurs potentialités économiques».

 

Pour sa part, le  quotidien Biladi du mardi donne les résultats de la rencontre en  annonçant « sommet afro arabe : adoption d’un plan de partenariat ». Ce journal soutient que « 33 ans après le premier sommet du Caire, Syrte pourrait marquer un nouveau point de départ dans la coopération entre arabe et africains ».

Quant au quotidien « l’Authentique »  il consacre un éditorial peu complaisant à l’événement sous le titre « Le cirque de Syrte ». Ce journal estime en effet « que les déclarations de bonnes intentions ne suffiront pas. Elles seront vite oubliées tant que certains états continuent à jouer au cache- cache avec  leur riche et rassurante double appartenance ».

Dans les coulisses du sommet, l’hebdomadaire « Le Calame » du mardi 12 octobre, revient sur une déclaration du président  mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, affirmant que son pays « n’est pas en guerre contre Al Qaida » mais, combat le crime transfrontalier organisé (trafic de drogue).

Occasion pour le journal d’inviter les autorités mauritaniennes à plus de vigilance et de méfiance dans un exercice visant à faire croire que l’affaire du terrorisme se réduit à la simple  dimension du trafic de drogue.

Sous le titre « AQMI ou bandes organisées ? La nouvelle vision de la Mauritanie » le journal écrit  « les autorités mauritaniennes doivent avoir constamment en tête une donnée qui relève du bon sens : chez les terroristes, la revendication des actes posés  fait parti d’une stratégie politique et de marketing médiatique. Alors que les trafiquants, même au niveau du plus petit caïd de quartier, travaillent toujours  dans l’ombre, pour y amasser des fortunes colossales. C’est dire que ceux-ci  ne revendiquent jamais, les hauts faits de guerre, contrairement à ceux là, qui les brandissent fièrement comme des trophées ».















GABONEWS APAnews