Le Sommet Mondial de Rio+20 : Des perspectives prometteuses pour les ONG


saharamedia
Dimanche 1 Juillet 2012



Le Sommet Mondial de Rio+20 : Des perspectives prometteuses pour les ONG

Dans le cadre de la participation de l’ONG Agir en Faveur de l’Environnement (ONG AFE) au sommet de Rio+20, nous avons eu l’occasion de rencontrer des membres et dirigeants des organisations de la société civile issues des différents pays ainsi que des personnalités importantes. De même que nous avons fait le tour des stands pour nous informer davantage, en savoir plus et faire des échanges documentaires et des discussions fructueuses.

 

Ce fut l’occasion de parler de la situation des organisations de la société civile mauritanienne, de ses réalisations et de ses attentes. La participation de la Mauritanie a été remarquable. Pour preuve la fréquence des visites à nos stands et l’intérêt qui leur est accordé tant par les ONG internationales que par les chaînes satellitaires et la presse mondiale. Ceci en plus de l’engouement des partenaires pour nos activités et le dynamisme des institutions étatiques et des organisations de la société civile nationale.

 

 

Un sommet promoteur

 

Nous nous sommes donc penchés sur la problématique dans la zone saharo sahélienne et particulièrement la Mauritanie, révélant une conjoncture nationale et mondiale déterminée par la sécheresse et la famine due, avons-nous expliqué, au déficit pluviométrique accentué ces dernières années. Naturellement, nous avons évoqué la vitalité et l’urgence de l’aide au développement durable et à la lutte contre les effets catastrophiques du changement climatiques prononcés chez nous, à la protection de l’environnement ainsi qu’à la lutte contre la pauvreté endémique qui frappe les populations, forcées à l’abandon des activités agropastorales traditionnelles et à l’exode vers les grands centres urbains.

 

La pollution a été au centre des débats et essentiellement celle provoquée par l’exploitation industrielle et minière et le mauvais usage des eaux marines et terrestres.

La nécessité de l’introduction et du développement des énergies propres et de leur efficience a été plusieurs fois abordée avec les visiteurs, les partenaires, les journalistes et les ONG Internationales.

 

De ce fait nous avons plaidé auprès des partenaires pour affronter toutes ces problématiques grâce à l’aide multiforme à la Mauritanie, appui que nous sollicitons principalement auprès des pays développés participants.

Notons que le Brésil s’est dit engagé par la voix de sa présidente, à apporter une aide financière conséquente pour appuyer le développement durable et la protection de l’environnement dans notre pays.

Nous avons soutenu et participé aux manifestations organisées par les organisations de la société civile mondiale en faveur d’une réelle préservation de l’environnement et le respect des êtres humains, de la faune et de la flore qui sont la garantie de la vie pérenne sur notre planète terre.

 

Une vision future commune

 

Nous livrons un bref résumé de la déclaration finale de ce sommet mondial. Les chefs d’État et de gouvernement et représentants de haut niveau, avec la participation pleine et entière de la société civile, renouvellent leur engagement en faveur du développement durable et de la promotion d’un avenir durable sur les plans économique, social et environnemental, pour notre planète comme pour les générations actuelles et futures. Ainsi, sont-ils déterminés à affranchir d’urgence l’homme de la faim et de la pauvreté. L’élimination de la pauvreté est le plus grand défi auquel le monde doit faire face aujourd’hui et un préalable indispensable au développement durable.

 

Pour ce faire, il faudra encourager une croissance économique durable, équitable et sans exclusive ; créer davantage de possibilités pour tous ; réduire les inégalités ; améliorer les conditions de vie de base et promouvoir une gestion intégrée et durable des ressources naturelles et des écosystèmes qui contribue, entre autres, au développement économique, social et humain sans méconnaître la protection, la régénération, la reconstitution et la résistance des écosystèmes face aux défis existants et nouveaux.

 

Ils réaffirment également l’importance de la liberté, de la paix et de la sécurité, du respect de tous les droits de l’homme, y compris le droit au développement et le droit à un niveau de vie adéquat.


Ils reconnaissent que l’élimination de la pauvreté, l’abandon des modes de consommation et de production non viables en faveur de modes durables, ainsi que la protection et la gestion des ressources naturelles sur lesquelles repose le développement économique et social sont à la fois, les objectifs premiers et les préalables indispensables du développement durable. Ce qui implique un développement social équitable pour tous ; ainsi que leur détermination à n’épargner aucun effort pour atteindre plus rapidement les objectifs de développement convenus au plan international, y compris pour atteindre d’ici à 2015 les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

 

D’autre part, ils reconnaissent que les peuples sont au centre du développement durable et en conséquence, ils œuvreront en faveur d’un monde juste et équitable.

Ils prennent note de la contribution précieuse, potentielle et effective des ONG à la promotion du développement durable, du fait de leur expérience, longue et variée, de leur savoir-faire et de leurs capacités, notamment en matière d’analyse, du suivi-exécution, de partage de l’information et du savoir, de promotion du dialogue et d’appui à la mise en œuvre du développement durable.

 

Congratulations et remerciements

 

Ce fut donc une participation réussie grâce à la préparation parrainée par nos deux ministres et leurs staffs respectifs, la pertinence des ONG nationales participantes et surtout le dynamisme et la disponibilité de notre Ambassade au Brésil.

Nous souhaitons que les recommandations soient prises en compte et que cette étape cruciale augure une implication accrue des ONG nationales à la politique environnementale fondée sur la rénovation, le dynamisme et l’approche participative.

Pour finir nous adressons nos vifs remerciements au Ministère de l’Environnement et du Développement Durable ainsi qu’au PNUD en Mauritanie, notre partenaire en la circonstance.

 

Source ONG AFE/ Chemsiyatt                                          BOUMOUZOUNA.

 

 

 















GABONEWS APAnews