Le championnat d’Espagne menacé par Ebola


Saharamedias/Agences
Jeudi 9 Octobre 2014


L'Espagne est sous tension. Alors qu'un cas d'Ebola vient d'être détecté à Madrid, des joueurs africains évoluant de l'autre côté des Pyrénées rentrent au pays afin d'y jouer les éliminatoires pour la CAN 2015. Un aller-retour qui inquiète les clubs ibères.


Le championnat d’Espagne menacé par Ebola
Frappée de plein fouet par le virus Ebola, l’Afrique est au cœur de toutes les préoccupations sur la scène internationale. Et la confirmation de l’existence en Europe de divers cas de personnes infectées par le virus ne fait qu’alourdir le climat ambiant.
En Espagne, l’annonce d’un cas d’Ebola à Madrid suscite d’ailleurs beaucoup de craintes. Forcément, à l’heure où de nombreux joueurs africains doivent se rendre au pays pour y disputer des rencontres comptant pour les éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations 2015, les clubs espagnols affichent leur réticence à laisser partir leurs éléments.
C’est le cas du milieu de terrain offensif évoluant au Rayo Vallecano Lass Bangoura qui a décidé en effet de rentrer en Espagne.
Contre l’avis de son club, l’international guinéen s’était quand même rendu en Afrique en vue de la double confrontation face au Ghana. Seulement, la Guinée étant l’une des nations les plus touchées par le virus, le risque qu’un de ses partenaires de sélection évoluant au pays soit contaminé a fait faire machine arrière au joueur du Rayo qui a décidé de rentrer.
Autre club de Liga, le FC Séville a, quant à lui, préféré calmer le jeu concernant son milieu de terrain Stéphane M’Bia. « Il ne va pas en Sierra Leone. Les deux matches se jouent au Cameroun et là-bas, aucun cas n’a été détecté. Selon nous, il n’y a donc aucun risque de contamination.
C’est vrai que certains joueurs rivaux jouent dans leur pays, mais d’après certains spécialistes, la contamination se fait quand la personne touchée présente les symptômes de la maladie tels que la fièvre ou des vomissements. Or, je doute qu’un joueur veuille jouer dans un tel état », a confié au journal andalou Estadio Deportivo le médecin du FC Séville, Juan José Jiménez.
Une absence d’inquiétude apparente qui semble concorder avec l’ambiance régnant au sein même des Lions Indomptables, et ce, alors que le Cameroun doit affronter dans sa poule la Siarre Leone et le Congo, deux autres pays fortement touchés par Ebola. Contacté par nos soins, le milieu de terrain d’Osasuna (2e division espagnole), Raoul Loé, qui se trouve au Cameroun avec la sélection nationale, nous a affirmé que la décision de délocaliser à Yaoundé les deux matches contre la Sierra Leone a rassuré le groupe. « Ici, vu qu’Ebola n’a pas été détecté, il n’y a pas spécialement de mesures. Ils nous contrôlent juste à l’aéroport. On n‘en parle pas spécialement. Ce n’est pas comme si on avait dû jouer en Sierra Leone. Au Cameroun, il n’y a pas de cas d’Ebola. C’est vrai qu’en Sierra Leone, des cas ont été détectés. Mais le match qui devait avoir lieu là-bas a été délocalisé à Yaoundé, donc il n’y a pas de problèmes. Je ne sais pas s’ils jouent avec leurs joueurs locaux. Ils ont déjà fait un match à l’extérieur contre le Congo et il n’y a pas eu de problèmes. Et en cas de suspicion, ils seront bloqués à l’aéroport. Le club m’a laissé venir. Ils savent qu’au Cameroun il n’y a pas de risques. » Que Loé et ses coéquipiers se rassurent, le sélectionneur de la Sierra Leone, Atto Mensah, a déjà fait savoir qu’il ne pouvait pas prendre de joueurs locaux. « Il n’y pas de compétition et à cause d’Ebola, je ne peux pas prendre de risque. » Suffisant pour tranquilliser les clubs concernés ?














GABONEWS APAnews