Le courant dit de la « pensée nouvelle » dénonce le manquement au principe de la séparation des pouvoirs


saharamedia
Mercredi 30 Mai 2012



Le courant dit de la « pensée nouvelle » a dénoncé ce qu’il qualifie de « manquement clair au principe de séparation des pouvoirs à travers le limogeage du président de la Cour suprême Seyid Ould Ghaïlany ».

Ce courant constitué de jeunes mauritaniens a lancé un appel au président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz pour respecter et garantir l’indépendance de la justice.

 

Il considère, dans un communiqué dont Sahara média a reçu une copie que les interprétations juridiques données à la mise à l’écart du président de la Cour suprême ont laissé apparaître certains coins d’ombre dans l’article en question portant sur l’indépendance de la justice.

 

Il a également souligné que « la mise à l’écart de magistrat, en ce moment important de présentation de grands dossiers devant la justice, et indépendamment de son caractère légal ou illégal, peut être interprétée comme une tentative d’immixtion de l’Exécutif dans les affaires du judiciaire », selon son expression. Une équivoque que le courant de la « pensée nouvelle » appelle les autorités mauritaniennes à lever au plus vite.















GABONEWS APAnews