Le député Khalil Ould Teyib démissionne du COD


saharamedia
Jeudi 22 Avril 2010



Le député Khalil Ould Teyib démissionne du COD

Le député Khalil Ould Teyib, vice président de l’Alliance Populaire Progressiste (APP), annonce sa « démission » de la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD), dans une lettre adressée à plusieurs responsables de la mouvance, rendue publique dans la nuit du mercredi 21 avril.

L’homme politique est présenté comme issu de la mouvance nationaliste arabe.

Cette décision intervient un peu moins de 48 heures après le passage de relais de la présidence tournante du rassemblement de l’opposition, qui revient désormais au président du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD), Ahmed Ould Daddah. Celui-ci a remplacé le leader de l’Alliance Populaire Progressiste (APP), Messaoud Ould Boulkheir, par ailleurs président de l’Assemblée Nationale.

Un constat qui renvoie à l’opportunité de la question de savoir s’il y a un lien de cause à effet entre les 2 faits. Cela, d’autant que la lettre annonçant la démission ne dit strictement rien à propos de l’appartenance de Ould Teyib à l’APP. Ainsi on est en droit de présumer que le député reste toujours membre de cette formation.

Par ailleurs, suite à la démarche de certains leaders et partis politiques ayant fait « allégeance » au Guide libyen, le colonel Mouammar El Kadhafi, parmi lesquels le député Ould Teyib, le COD a exprimé sa vive désapprobation face à une décision assimilée au crime « d’intelligence avec une puissance étrangère ».

Cette position serait elle en partie à l’origine de la « défection » ?

Toutefois, en préalable à ces interrogations relatives aux motivations de fond, la décision annoncée mercredi soir pose un problème de forme.

Le député Khalil Ould Teyib pouvait –être membre d’une coordination regroupant des partis politiques et à laquelle est venue se joindre récemment la mouvance proche de l’ancien chef de l’état, Ely Ould Mohamed Vall ? Assurément non. Qui peut démissionner d’une organisation à laquelle il n’a jamais appartenu ?

En fait, c’est le parti politique sous les couleurs duquel le député a été élu qui est membre du COD le reste bien au-delà du mercredi 21 avril.

Du coup, la démarche du député devient sans objet, comme s’il voulait provoquer une tempête dans un verre d’eau.

Cette nouvelle histoire nous plonge au cœur de la question de la discipline au sein des partis politiques en Mauritanie. Aucune sanction de l’APP n’a été prise à l’encontre de son vice président après la démarche singulière des leaders nationalistes arabes mauritaniens à l’issue d’un voyage à Tripoli.

Quelle sera la réaction du parti du président Messaoud Ould Boulkheir après l’acte d’indiscipline du mercredi soir ?

 















GABONEWS APAnews