Le fisc aux trousses des banques


saharamedia
Jeudi 17 Juin 2010



Le fisc aux trousses des banques

Une campagne de recouvrement de grande ampleur engagée par   la Direction Générale des Impôts (DGI) plonge le système bancaire mauritanien dans un début de crise, a appris jeudi  Sahara Médias de plusieurs sources concordantes.

Toutes  les banques primaires, à l’exception de la Générale de Banque de Mauritanie (GBM)- qui aurait trouvé un arrangement avant le déclenchement de l’opération,  ont reçu une mise en demeure du fisc  leur enjoignant  l’ordre de s’acquitter d’un montant allant de  400 millions d’ouguiyas  à 1,8 milliards d’ouguiyas soit de 1,3 à 6 millions de Dollars us.

La note la plus salée est attribuée à la Banque Mauritanienne pour le Commerce Internationale (BMCI), avec 1,8 milliards d’ouguiyas de redressement fiscal.

La Banque  de  l’Habitat (BADH) « tire » un lot de 1,2 milliards d’ouguiyas, la BNM 600 millions, BNP Paris Bas et la Société Générale (institutions bancaires à capitaux étrangers) doivent payer respectivement  500 et 400 millions d’ouguiyas, la BAMIS et la BCI 500 millions chacune.

Face à l’action du fisc,  toutes les  banques, y compris la GBM,  qui échappe à la mesure,  ont décidé de s’organiser pour défendre leurs droits.

Dans cette réaction, elles  bénéficient du soutien de la Banque Centrale de Mauritanie (BCM), institution d’émission de la monnaie nationale, chargée de la régulation et du contrôle du système bancaire.

Les banques ont saisi le ministre des finances en vue de trouver une solution  rapide à une crise qui menace l’équilibre du système bancaire national.

En plus, la plus part d’entre elles  contestent l’exactitude des montants réclamés par le fisc.

Cette campagne de recouvrement musclée,   touche également le secteur de la restauration.

Elle   est engagée à moins d’une semaine de la tenue de la table ronde des bailleurs de fonds sur la Mauritanie prévue les 22 et 23 juin prochain à Bruxelles.

Une rencontre avec les partenaires au développement  au cours de laquelle  le gouvernement voudrait exposer les opportunités pour l’investissement privé étranger dans le pays.

 

 















GABONEWS APAnews