Le groupe parlementaire de l’UFP lance un appel pour l’arrêt immédiat du « déplacement anarchique » des habitants des quartiers précaires de Nouakchott


saharamedia
Lundi 1 Novembre 2010



Le groupe parlementaire de l’UFP lance un appel pour l’arrêt immédiat du « déplacement anarchique » des habitants des quartiers précaires de Nouakchott

Le groupe parlementaire de l’Union des Forces de Progrès (UFP), parti d’opposition mauritanienne, a lancé un appel aux autorités publiques pour qu’elles mettent un terme à ce qu’il a qualifié de « déplacement anarchique » des habitants des quartiers précaires de Nouakchott, visant à faire disparaître le phénomène des « gazra » (squat) et des « kebba » (bidonvilles) de la capitale.

L’UFP considère, dans un communiqué dont Sahara média a reçu une copie, que ce qui se passe aujourd’hui au niveau des quartiers précaires de Nouakchott « est un règlement de compte avec les populations les plus démunies et une manière de rendre encore plus problématiques leurs conditions de vie qui se transforment du jour au lendemain en un véritable enfer », selon le communiqué.

 


 

Le parti qui est membre de la Coordination de l’Opposition Démocratique (COD) a indiqué que 15 des pauvres de la « Kebba d’El Mina » ont été transférés devant la justice, après trois jours passés en détention avec 20 autres dont les maisons ont été rasées complètement », selon les termes du communiqué.

Le groupe parlementaire de l’UFP que préside le député Mohamed Moustapha Ould Bedredine, a exprimé sa solidarité avec les habitants des quartiers précaires, et demandé à ce que les citoyens arrêtés soient libérés et « indemnisés pour les préjudices matériels qu’ils ont subis. » Ils ont aussi demandé que dans l’impossibilité de laisser ces familles dans leurs lieux qu’elles occupent, l’Etat leur octroie des lots à usage d’habitation.

L’UFP a également dénoncé « la politique d’accaparements des terrai

ns privés et de deux poids, deux mesures », et a mettre un terme à ce qu’il considère comme « un supplice et à revenir au plan d’urbanisation convenu en 2000 entre les différents acteurs de ce programme, et dont un début d’exécution avait court dans les moughataas d’El Mina et d’Arafat. »















GABONEWS APAnews