Le ministre Malien de la Défense : « Nous œuvrons pour profiter de l’appui de la France »


Saharamedias+Agences
Jeudi 22 Mai 2014


Après le sérieux revers subi à Kidal face aux mouvements armés touaregs, le gouvernement malien, par la voix du ministre de la Défense Boubèye Maïga, déclare vouloir profiter de l’aide de la France dans ce conflit.


Le ministre Malien de la Défense : « Nous œuvrons pour profiter de  l’appui de la France »
«Nous sommes en relation avec la force Serval qui est prête à considérer positivement notre demande d'appui. Nous sommes en relation avec la force Serval pour identifier la nature de l'appui que nous pourrions leur demander en fonction de l'évolution de la situation», a indiqué le ministre. Environ 45 soldats français étaient d'ailleurs présents samedi 17 mai à Kidal, quand la ville malienne a été le théâtre d'affrontements meurtriers, mais «le rôle des forces françaises s'est borné à assurer la sécurité du Premier ministre malien», a rappelé l'état-major des armée.
La France pourrait toutefois être confrontée à un véritable dilemme dans les jours qui viennent. Officiellement, les troupes françaises n'ont en effet pas vocation à prendre parti pour l'un ou l'autre des belligérants, mais à lutter contre le terrorisme. Mais le gouvernement malien qui évoque la présence de » jihadistes » aux côtés du MNLA et du Mouvement de l'Azawad peut-il convaincre la force Serval à intervenir ?
«La situation est aujourd'hui très différente de celle de l'année 2012», a cependant estimé le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Roman Nadal, estimant que «l'intervention des forces françaises aux côtés des forces africaines a permis d'affaiblir considérablement les groupes terroristes implantés dans le nord du Mali».
Au total, une quarantaine de militaires maliens ont été tués. Cinquante ont été blessés et 70 faits prisonniers après les affrontements de ces derniers jours à Kidal, a affirmé Mossa Ag Attaher, le porte-parole des rebelles touareg du MNLA, jeudi à Ouagadougou. Le MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) déplore de son côté deux morts, dont un officier et une dizaine de blessés, a déclaré son porte-parole, basé dans la capitale burkinabè, lors d'une conférence de presse. Selon le ministère malien de la Défense, 97 soldats maliens dont 22 blessés ont été par ailleurs recueillis dans le camp de l'ONU à Kidal.














GABONEWS APAnews