Le mouvement du 25 février dément les propos du ministre de la culture et demande l’ouverture d’une enquête


Nouakchott - Saharamédias
Samedi 11 Mars 2017



Le mouvement du 25 février dément les propos du ministre de la culture et demande l’ouverture d’une enquête
Le mouvement du 25 février a accusé le ministre de la culture et de l’artisanat, porte parole du gouvernement, Mohamed Lemine O. Cheikh, d’avoir tenu des propos mensongers, en accusant le mouvement d’être à l’origine des violences intervenues le 7 mars lors du sit-in du forum national pour la démocratie et l’unité pour protester contre les amendements constitutionnels.

Dans sa conférence de presse hebdomadaire post conseil des ministres, O. Cheikh a accusé le mouvement des jeunes d’être l’instigateur  des violences intervenues, ce qui avait suscité diverses réactions sur les réseaux sociaux.

Dans un communiqué publié vendredi, le mouvement du 25 février accuse le ministre de mensonge en accusant ses militants d’avoir jeté des pierres contre les manifestants du FNDU qui protestaient contre les révisions constitutionnelles, une aberration ajoute le communiqué.

Le mouvement demande à la justice l’ouverture d’une enquête à propos des accusations du ministre.

Le ministre a d’autre part démenti que le sit-in du FNDU était autorisé, ajoutant que l’autorisation brandie devant la presse par le forum, avait été délivrée par le Hakem du Ksar, le 7 février au bénéfice du parti HATEM.

 Le ministre a réaffirmé, devant les journalistes, que la liberté d’expression et de manifestation était garantie  dans le pays et elle est  une réalité vécue.

L’opposition, selon le ministre, profite de ce climat de démocratie dans le pays pour manifester n’importe où,  organiser des meetings, des sit-in et des marches sans avoir été inquiétée.
 














GABONEWS APAnews